Projet d’appui à la prévention contre Covid-19 : CENCO et ECC sur le terrain pour sensibiliser 312 communes

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) et l’Église du Christ au Congo (ECC) apportent leur contribution au plan de préparation et de riposte contre la Covid-19 en RDC.

La paroisse Saint Sacrement a reçu la visite de l’équipe du projet dirigée par Cyrille Ebotoko pour l’installation des points focaux, dont le curé doyen de la congrégation, l’Abbé Koko, a été désigné comme le premier point focal de la congrégation du Saint Sacrement.

« Projet d’appui à la prévention contre la Covid-19 en RD Congo par la communication pour le changement de comportement pendant et après l’épidémie », est le résumé de cette contribution qui bénéficie de l’appui financière de l’Union Européenne et de la République Suédoise à travers DIAKONA. Le projet est exécuté conjointement par les Commissions Justice et Paix Congo de la CENCO et Justice et Paix et sauvegarde de la créature de l’ÉCC.

Objectif du projet

Le ralentissement de la transmission de la Covid-19 est l’objectif général poursuivit par le projet qui reprend deux des neuf objectifs spécifiques, notamment le plan de préparation et de riposte qui sont calés sur la contribution au renforcement de la communication sur le risque et l’engagement communautaire d’une part, et la mise en place des mesures de mitigation de risque de propagation d’autre part.

L’idéal dans ce projet est que la population soit informée des risques de Covid-19 et des mesures de prévention en arrivant à appliquer les gestes barrières pendant et après l’épidémie.

Couverture et durée du projet

Selon la CENCO et l’ECC, le projet couvre toute l’étendue du territoire national, soit les 25 provinces et la ville de Kinshasa. Il s’étant sur une durée de neuf mois dont sept ont comme activités principales la sensibilisation et le monitoring.

Lire :  Covid-19 : le sénateur Jean Bakomito plaide pour une mobilisation tous azimuts

Ces activités se dérouleront spécialement dans des communes urbaines et rurales, au niveau des villes et territoires.

Activités réalisées

Le projet a six activités, notamment la mise en place de l’Unité de Gestion du Projet (UGP) composée de la coordination nationale du projet, la supervision technique, de l’unité de chargés nationaux du suivi, du département de la communication, de la comptabilité et de la logistique. La conception de matériels et de message clé pour la sensibilisation est le second point.

Troisièmement, figurent le recrutement et le déploiement des points focaux communaux et des messagers de vies. L’UGP, en collaboration avec les coordinations provinciales de Justice et Paix Congo identifie et recrute des Prêtres, Religieuses et Révérends pasteurs comme des points focaux Communaux (PFC) dans 312 communes dont 179 de l’Église Catholique et 133 de l’ECC.

A leur tour, les point focaux communaux ont identifié et recruté 1.248 messagers des vies (MV) dont 428 de l’Église Catholique, 428 de l’ÉCC et 322 d’autres confessions religieuses qui sont par la suite déployés sur le terrain pour sensibiliser sur le respect des mesures barrières et de faire le monitoring sur la perception de la population pendant cette épidémie.

Le quatrième point étant l’adoption de la politique du projet, l’UGP a mis en place des stratégies pour orienter les activités du projet, en adoptant quatre textes ci-après : le plan de communication, la stratégie de collecte des données, le plan de suivi des donnés et la politique du monitoring de comportement de la population pendant le Covid-19.

Production des matériels de communication

Le cinquième point prévoit la production des matériels de sensibilisation, dont les affiches, les banderoles et l’achat de mégaphones, et leur dissémination dans la ville de Kinshasa et dans les 25 provinces.

Lire :  Covid-19 : Le Cardinal Ambongo se plaint de la main tendue de la Rdc

Le sixième point envisage le toilettage de donnés et la rédaction du rapport de monitoring sur la perception de Covid-19 pour la population congolaise qui doit être publié.

Les résultats attendus de ce projet sont de voir les campagnes de sensibilisation mise en œuvre sur l’ensemble du territoire national ; que les messages de prévention soient relayés par plusieurs canaux pour permettre à la population d’être à l’abri des fausses ou mauvaises rumeurs et enfin, que les gestes barrières et la distanciation sociale soient effectivement promus par les différents leaders tant sociaux que politique.

Gel Boumbe

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.