Financement de Congo Airways : le comité Kitebi ovationné

Les réactions positives n’ont pas tardé après l’annonce du financement de la compagnie aérienne Congo Airways  par le Fonds de promotion de l’industrie, Fpi.

En effet, cette compagnie traverse une crise sans précédent due à la pandémie de la Covid-19 qui n’a pas laissé indifférent le comité de gestion du Fpi dirigé par Patrice Kitebi qui a entendu les cris de détresse lancés par son collègue de Congo Airways, Désiré Balazire.

C’est ainsi que, grâce au concours circonstanciel du Ministre de l’Industrie, Julien Paluku, le Fonds de Promotion de l’Industrie, Fpi vient d’octroyer un crédit complémentaire de l’ordre d’Usd 1.039.907,54 pour une durée de 36 mois assortis d’une grâce partielle de 6 mois au taux de 3% l’an.

Ce crédit intervient après que cette compagnie aérienne ait bénéficié en 2019 d’un premier financement du Fpi à hauteur d’Usd 1.035.398,13 destiné au financement des frais de maintenance  et d’acquisition des pièces de rechange.

Ce geste de grande importance en cette période post Covid-19 n’a pas laissé indifférent l’opinion public qui a salué le savoir -faire et la dextérité avec laquelle le Fpi est désormais dirigé et qui vient de sauver de justesse l’image du grand Congo à l’extérieur en permettant aux avions de la seule compagnie aérienne du pays à survoler.

Les raisons d’ovations

Il faut dire que cette bouffée d’oxygène du Fonds de Promotion de l’Industrie, Fpi, vient réveiller toute la conscience nationale congolaise qui veut tout savoir désormais des activités de cette entreprise de l’Etat, de ses dirigeants et autres animateurs qui ne cessent de surprendre l’opinion public même en pleine période d’une grande crise mondiale occasionnée par la pandémie du siège, la Covid-19.

Lire :  Kinshasa : Bientôt l'installation d'une usine de montage de véhicules à Maluku

Il y a lieu de souligner ici qu’à la suite de la récession financière causée par la pandémie de Covid-19, plusieurs secteurs d’activité principalement le tourisme, la restauration et le secteur du transport aérien ont été très affectés suite à la fermeture des frontières et d’autres mesures restrictives.

C’est pourquoi l’Association Internationale du Transport aérien-Iata- avait lancé un appel à tout le gouvernement du monde d’intervenir rapidement sous la forme d’aides directes, de prêts, de garantie de prêts, ou encore d’allègements d’impôts sociales.

Au vu de ces recommandations et surtout que le comité Balazire de Congo Airways avait exprimé publiquement sa détresse avant que le pire n’arrive et avait sollicité clairement il y a un mois l’intervention de l’Etat congolais à travers le Fpi pour lui venir en aide :

«Pour le moment, nous avons des manques à gagner importants, pas parce que nous ne voulons pas. Notre activité principale c’est pouvoir voler, nous devons transporter les passagers et le cargo. Il y a quelques vols cargo et puis il y a aussi quelques vols de rapatriement des compatriotes qui sont bloqués dans les pays étrangers et aussi quelques affrètements mais ce sont des revenus qui sont vraiment très faibles qui ne peuvent pas nous permettre de bien fonctionner. Nous avons soumis notre demande au Fpi, donc le dossier est en cours et dans les prochains jours nous serons fixés, la réponse à cette demande se fait toujours attendre ».

Et c’est ce qui vient d’être fait.

Kitebi combattu mais jamais abattu

Patrice Kitebi, DG du FPI

Comme l’on ne peut remarquer un arbre par ses fruits, l’actuel Directeur Général du Fpi que tout le monde aimerait désormais connaître de près au vu de ses réalisations a plusieurs fois victime des attaques de toute part. Ces attaques sont en grande partie venues des débiteurs insolvables du Fpi pour déstabiliser ce dernier, afin qu’il ne puisse remplir sa tâche comme garant des intérêts de l’Etat vilipendés par certains individus malveillants à mal de positionnement que l’on retrouve dans les sphères politiques.

Lire :  La BCDC, nouvelle acquisition du kényan Equity Group ?

On a entendu de fois qu’il a été interpellé par la justice, de fois aux arrêts , plusieurs fois soupçonné d’être à la base d’un scandale financier et même interpellé par certains députés à mal de positionnement.

La dernière question orale avec débat lui adressée au mois de mai passé est l’œuvre du député national  Simon Mulamba qui accusait ce dernier d’être à la base, non seulement d’un scandale financier, mais aussi du licenciement abusif des certains agents de son entreprise. Cette tentative malveillante d’un député mal informé par ses frères Kasaiens agents mécontents du Fpi n’a malheureusement pas trouvée d’échos, comme pour dire que l’ennemi de l’homme se trouve dans sa propre maison. Et Patrice Kitebi est resté serein et imperturbable face à ces inepties.

Une cellule de communication aguerrie

Contrairement aux années passées, la cellule de communication du Fpi a toujours été à la hauteur des événements en fournissant des informations claires face aux attaques à répétition à travers des médias interposés et responsables. On se demande même de quel genre des professionnels des médias est composée l’équipe de communication qui n’a cessé d’être valablement à l’offensive ?

Somme toute, le financement de Congo Airways par le Fonds de Promotion de l’Industrie, Fpi, vient de confirmer que l’actuel Chef de l’Etat Félix Tshisekedi est entouré des personnes valables pour réaliser ses promesses durant son mandat à l’exemple du comité de gestion du Fpi dirigé des mains de maître par Patrice Kitebi.

     

Leave a Reply

Your email address will not be published.