Beni-journée de la femme africaine : la SOFEPADI rappelle le rôle de la femme dans la recherche de la paix

L’humanité a célébré la journée internationale de la femme africaine ce vendredi 31 juillet 2020.

En marge de cette journée, l’organisation non gouvernementale Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral (SOFEPADI) une ONG qui lutte pour la protection des droits de la femme dans la ville de Beni, a organisée un atelier de réflexion sur le rôle de la femme dans l’instauration d’un leadership fort et la paix en RDC.

Au cours de cet atelier, les intervenantes ont appelé les femmes à  prendre conscience de leur rôle qui doit être joué dans la communauté en apportant en effet leur contribution dans le cas échéant dans la ville de Beni, dans la recherche et la consolidation de la paix devenue une denrée rare :

« La femme de Beni doit encore prendre conscience parce que depuis 1962 les situations de la femme n’ont pas encore changé comme on le voulait », a recommandé  Chantal Lusenge, l’une des intervenantes, qui a déplorée en outre le silence de la femme de Beni dans le plaidoyer en vue de contribuer à la paix et à la sécurité.

C’était une occasion donc pour cette organisation de conscientiser la femme sur ce qu’elle peut également faire pour tant soit peu aider la communauté :

 « Depuis un certain temps, les femmes de Beni ont pris le temps de silence et la journée d’aujourd’hui nous continuons à réveiller, à conscientiser encore les femmes de ne pas se taire, parce qu’elles ont vraiment ce grand rôle de contribuer vraiment à la paix ou à la restauration de la paix dans la ville ».

Lire :  Ituri: les forces vives de Babila-Babombi sensibilisent les groupes armés

La SOFEPADI n’a pas seulement conscientisé les femmes sur le rôle à jouer dans la contribution de la paix, mais aussi l’instauration d’un leadership fort en RDC, en veillant sur sa représentativité  dans  les instances de prise de décision.

A travers cette journée les femmes essaient de renforcer le débat sur leurs droits et le développement. Cette journée a été célébrée sous le thème, « renaître de ses cendres celles qui l’on fait et celles qui le font ».

Il faut encore dire que la femme est loin de prendre conscience de son combat, d’où le projet planète 50-50 demeure une fiction d’autant plus que la femme ne croit pas en elle même.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.