La reprise des cours déclarée hypothétique à Beni par le SYECO

Le Syndicat des Enseignants du Congo, SYECO,  section de Beni, va entamer dès lundi 03 août prochain, un mouvement de grève dans la ville de Beni, au Nord-Kivu.

Selon  le secrétaire général de ce syndicat qui s’est confié à Infocongo.net ce jeudi 30 juillet, les enseignants conditionnent la reprise des cours par la pris en charge des enseignants Nouvelles Unités(NU) qui venaient de travailler pratiquement pendant quatre mois sans recevoir la moindre contrepartie de la part de  l’État congolais.

Pour le SYECO Beni, il n’y aura pas cours lundi à Beni, c’est pourquoi cette organisation appelle les enseignants à rester à la maison en attendant une réponse réservée à cette revendication :

« lundi n’y a pas cours, donc les enseignants viennent de décider qu’ils ne sont pas encore prêts de venir à l’école, puisqu’il y a encore beaucoup de leurs réclamations qui ne sont pas prises en compte entre autres la prise en charge des N.U, la suppression des zones salariales et beaucoup d’autres choses. C’est-à-dire parmi tant de réclamations, la plus importante c’est  que nous voulons que les N.U soient pris en charge par le gouvernement puisque le président de la République a décrété la gratuité de l’enseignement, n’est ce pas et donc que les N.U qui ont presté depuis ce temps jusqu’aujourd’hui ne sont pas pris en charge par le gouvernement », indique-t-il.

Le SYECO demande au gouvernement d’assumer correctement ses responsabilités pour ne pas pénaliser les apprenants qui attendent avec plaisir la reprise des cours.

Cette même décision a été également prise par les enseignants de Butembo et du territoire de Beni, qui vont également bouder cette reprise.

Lire :  Journée culturelle et scientifique des Banyindu pour une prise de conscience

Il faut rappeler que cette décision a été prise après une assemblée générale ayant réuni les enseignants des écoles publiques de la ville de Beni.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.