Fibre optique : aucune information judiciaire n’a été ouverte par le Parquet

Gros fake news, une arnaque à l’information mise en ligne par certains sites mercredi 29 juillet en début de journée et d’autres sur Twitter, en rapport avec l’ouverture d’une information judiciaire par le Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa sur la gestion de 50 millions Usd de la fibre optique.

C’est l’ancien ministre des PT-NTIC, Kin-Kiey Mulumba, qui a rapporté cette nouvelle sur son compte Twitter, en fin d’après-midi : « Tout heureux, mes avocats déboulent ce midi au Parquet, vérifier si l’information sur la fibre optique est ouverte. Fake, quand nos soi-disant journalistes jamais passés par l’Isti/Ifasic sont recrutés pour diffuser des fakes à longueur de journée. Au travail Unpc/Csac.

Quand Kin-Kiey clame son innocence

L’ancien ministre des PT-NTIC a crié haut et fort pour dire que le projet Wacs, qui vise à connecter 14 pays africains à la fibre optique pour utiliser Internet à haut débit, était un échec pour la République Démocratique du Congo :

« Je répète, quand j’ai pris les Pt-Ntic, l’échec du projet Wacs était acquis pour notre pays. L’Afrique avait basculé sur la fibre, Joseph Kabila avait fait arrêter deux individus, un Dg avait été révoqué. Kin-Kiey Mulumba n’a signé aucun contrat. J’ai hâte à ce que cette affaire soit tirée au clair comme toutes les autres, les différents ministres (Portefeuille, Finances, Pt-Ntic de l’époque et les Dg de l’Ocpt) être appelés à témoigner. Et détournement, si détournement il y a eu, être déterminé par justice ».

On se rappellera que le Professeur Kin-Kiey avait émis le vœu de voir le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, fouiner dans le dossier de la fibre optique, faisant référence au discours  du Président de la République du  lundi 29 juin 2020, à l’occasion du 60è anniversaire de l’indépendance du Congo.

Lire :  L'armée consolide sa collaboration avec la population de Kasindi (Nord-Kivu)

Jacques Kalokola

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.