L’UNPC/Tshopo condamne le traitement dégradant et inhumain infligé à des journalistes dans une manifestation anti-Walle

L’Union de la presse du Congo UNPC/Tshopo a réagi contre les traitements inhumains infligés à des journalistes lors de la manifestation organisée par le collectif Tshopo Telema, mardi 28 juillet 2020 dans la ville de Kinsangani (Tshopo).

Dans une déclaration rendue publique par cette organisation ce mercredi 29 juillet 2020, l’UNPC condamne ces actes infligés par les éléments de la police lors de cette manifestation. Pour l’UNPC des journalistes ont avaient été brutalisés et molesté par ces policiers, des actes qui violent la déclaration universelle des droits de l’homme, qui stipule que tout individu a droit à la vie, à la liberté et la sûreté de sa personne et le droit à l’information et celui d’informer.

Tout en demandant aux autorités politico-administratives de garantir la liberté de la presse pendant cette période de crise politique, cette association demande réparation du préjudice, car ces incidents ont causé des préjudices humains et importants « un journaliste a perdu connaissance, puis amené d’urgence dans un centre de santé pour des soins appropriés et plusieurs biens endommagés, une caméra de marque Sony, deux cartes de service, deux téléphones et autres biens de valeur », déplore ce communiqué de l’UNPC signé par son vice président, Magloire Bolunda.

Il faut rappeler que ces incidents sont survenus pendant la manifestation anti-Walle organisée par le collectif Tshopo-Telema.

Azarias Mokonzi

Lire :  Médias : Jean-Marie Kasamba réélu à la tête de l'UNPC/Kinshasa