Eleveurs Mbororo

La population du territoire de Poko dans la province du Bas-Uélé, s’inquiète de l’afflux des éleveurs Mbororo, signalés notamment dans les collectivités Abarambo et Mabanga depuis trois jours.

Ces éleveurs étrangers, souvent armés et ne se souciant pas des limites frontalières, avaient déjà été chassés du territoire voisin de Niangara, dans la même province.

Selon Simon Tutu, membre de la communauté locale de Poko, leur présence pose un problème sérieux de cohabitation avec les agriculteurs locaux.

« Ils deviennent même plus nombreux que la population locale, donc c’est vraiment très inquiétant et c’est ce qui fait qu’ils sont à tout moment en conflit avec la population qui est composée des agriculteurs. Ils sont en train de vouloir dominer la population, ils empêchent la population d’entrer dans la forêt, d’exploiter les ressources naturelles, ils deviennent maitres de la forêt, c’est ainsi que la cohabitation devient dure ».

 Mais ce qui inquiète le plus, c’est la probabilité de l’importation du coronavirus puisque ces éleveurs viennent d’une entité voisine à celle de Watsa déjà affectée par cette pandémie.  

Il demande aux autorités provinciales du Bas-Uélé de prendre ce problème au sérieux afin de protéger la population.

« Mais ce qui fait encore craindre d’avantage ce qu’ils viennent du Haut-Uélé qui est une province déjà atteinte par le coronavirus et le territoire de Niangara est voisin du territoire de Watsa où le coronavirus est déclaré. A cause de tous ces mouvements massifs, la population craint que cette maladie mette la population dans une situation catastrophique. C’est ainsi que nous demandons à nos autorités de Buta de ne pas prendre cette situation à la légère et vraiment de réfléchir pour trouver une solution assez efficace pour que ces gens quittent le territoire et qu’ils laissent la population vivre en paix. » 

Lire :  Sud-Ubangi :Le gouverneur traduit en justice deux journalistes pour délit de presse