250 millions de dollars Us, la caution de mise en liberté provisoire qui pourrait déplumer Vital Kamerhe

La demande de mise en liberté provisoire de Vital Kamerhe a été rejetée par le Tribunal statuant en Chambre de Conseil à la Prison centrale de Makala, ce samedi 11 avril, le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat est placé en détention préventive pour 15 jours.

Ce sera donc un long, long séjour au frais, pour celui qui est en passe de devenir l’ex-Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi.

Amida Shatur Kamerhe, samedi 11 avril 2020 à l’entrée de la Prison centrale de Makala

En effet, pour le tribunal, « il subsiste contre lui des indices sérieux de culpabilité du fait qu’il a reconnu le fait qu’il est superviseur des travaux de 100 jours, et qu’il a aussi piloté les opérations des marchés publics de gré à gré ayant conduit au détournement des fonds publics ». C’est en se fondant sur cette intime conviction, après l’audition de l’inculpé, que le Juge en chambre du Conseil a décidé de placer Vital Kamerhe en détention pour 15 jours, balayant par là les arguments de la défense qui présentait le Dircab comme un « homme d’Etat, responsable de par ses fonctions, père de famille, avec une adresse fixe et précise, qu’il s’est présenté au parquet sur une invitation et que les faits qui lui sont reprochés se fondent sur des suppositions et ne sont nullement infractionnels et qu’il s’engage à remplir toutes les conditions qui lui seront imposées pour sa mise en liberté et offrira à la justice sa collaboration jusqu’à la clôture de l’instruction de la présente affaire. »

Mais au cas où la liberté provisoire avait quand même été accordée à Vital Kamerhe, « le pacificateur » devrait payer 250 000 000 USD (deux cents cinquante millions de dollars américains).

Lire :  Des témoins appelés à comparaître dans le procès Vital Kamerhe

Pourquoi deux cents cinquante millions de dollars américains ?

On se souviendra que l’ancien directeur général de la RawBank, incarcéré pour cette affaire de détournement de fonds alloués à la réalisation du programme des 100 jours du Président Félix Tshisekedi, est passé à table. Le belge a livré au Procureur général une pile de documents qui attestent la culpabilité du « Dircab ». Parmi ces documents, des bons de caisse, des swifts de virements des fonds dans les banques en Grèce et ailleurs, le total des sommes, encore à ce jour, logées dans les différents comptes tourne autour de trois cent millions de dollars américains. Parmi ceux qui ont apporté du grain au moulin de la justice dans cette affaire digne d’Arsène Lupin, il y a le directeur général de Safricas, Blattner, incarcéré dans le dossier de construction des sauts-de-mouton (jamais livrés) et le Libanais pour la construction des logements sociaux.

Ce montant de 250 000 000 $ n’a pas été discuté avec les avocats, qui n’en ont pas fait mention, mais c’est à cela qu’ils devront s’attendre pour voir leur client humer à nouveau l’air frais de la liberté (provisoire) de Kin la belle.

Le consultant juridique de infocnogo.net, Maîte Apollinaire Ngankuku, nous explique la procédure qui a conduit à la mise en détention préventive de Vital Kamerhe et donne des précisions sur ce délai de 15 jours, qui est renouvelable autant de fois que le magistrat le sollicitera pour besoin d’enquête.

Suivez Maitre Apollinaire Ngankuku, dans cet audio :

Maître Apollinaire Ngankuku consultant juridique Infocongo.net

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.