Childéric Ndosa est formel : « le poste de Kamerhe n’est pas un cadeau de l’UDPS ! »

C’est en sa qualité de Porte parole de la « Dynamique Kamerhe leader » et de cadre de l’UNC que cet avocat, proche du Directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi parle. Dans un entretien avec la rédaction d’Infocongo.net, ce lundi 10 février 2020, le jeune turc et porte parole de la Dynamique Vital Kamerhe créé en 2016, Childeric N’dosa, a fait une analyse de l’actualité politique de l’heure.

De prime à bord, ce jeune  et très ambitieux jeune politicien qui évolue sous les couleurs rouge et blanc chères à l’Unc salue les nouvelles nominations des procureurs généraux près les hautes cours et tribunaux, tout en fustigeant le comportement de mauvaises langues qui papotent que les nouveaux hauts magistrats sont nommés par Kabila. Pour lui,  c’est souffrir d’une amnésie:

Il y a des critères pour devenir Procureur

” le président Kabila à son époque avait trouvé des magistrats, Félix Tshisekedi aussi a  trouvé des hauts magistrats. Ce sont des magistrats de la République et non de Kabila, ni de Tshisekedi. On ne peut pas prendre un combattant qui vient de terminer en droit et le nommer procureur général. Il y a des critères pour devenir procureur général. Ça serait un crime de lèse majesté pour l’appareil judiciaire.

A ce sujet, il ne faut pas trop s’agiter, car le chef de l’Etat nomme après concertation avec le Conseil supérieur de la magistrature qui lui présente une monture. Il y a plusieurs critères qui entrent en jeu dont l’éthique, la probité morale, l’expérience, etc.

Le chef de l’Etat a nommé des magistrats crédibles qu’il a placés à la tête. Quand ces gens disent que c’est la continuité, ce sont des gens qui souffrent d’amnésie sensorielle. Le chef de l’Etat est butté au principe de la compétence liée, qui veut qu’avant toute nomination que celui-ci recourt au conseil supérieur de la magistrature qui présente la monture au chef de l’Etat qui l’applique en dernier ressort.

Kikaya bin karubi doit faire profil bas

Me Childéric est revenu sur la tribune de Kikaya Bin Karubi dans le journal le potentiel en lui rappellent qu’il ne fera plus ce qu’il n’a pas pu faire en 21 ans dans la ville: «  Ce membre de la techno-structure de Kabila, ancien ambassadeur et sa famille politique ont un bilan mitigé et opaque, ils ont mis la barre trop bas et c’est pourquoi ils ont échoué. S’ils avaient un bilan positif, les congolais devraient leur renouveler leur confiance. Le chef de l’Etat a rappelé à l’Union Africaine qu’il n’est pas pour la rupture. Nous ne voulons plus des dialogues, plus des concertations, ce qui compte c’est la cohésion nationale et le chef de l’Etat qui est au dessus de la mêlée et c’est lui qui donne les orientations ».

Une dissolution de l’Assemblée nationale, toujours possible

Tout en reconnaissant qu’il n’y a pas crise entre le Fcc et Le Cach, le porte parole de la Dynamique Kamerhe met en garde le Fcc contre toute manœuvre visant à déstabiliser le chef de l’Etat: « si le FCC osait interférer dans la bonne marche de la République, le président de la République va dissoudre le parlement. Si l’on descelle qu’il y a une crise entre l’AN et le gouvernement, que la politique que dicte le chef de l’Etat n’est pas respectée, cette fois-là, celui-ci va user de son épée de Démoclès pour dissoudre le parlement ».

Félix Tshisekedi, directeur de campagne de Kamerhe en 2020

Le jeune cadre de l’UNC rappelle aux cadres de l’Udps leur engagement de Nairobi en 2018 pour les élections de 2023 avec comme Vital Kamerhe comme candidat du Cach: « l’Udps doit se préparer avec les Kabund, Kabuya et Félix Tshisekedi comme directeur de campagne de Vital Kamerhe en 2023, conformément à l’accord de Nairobi signé devant Uhuru Kenyata. »

Quant à la demande des combattants de l’Udps sur le divorce d’avec l’UNC de Kamerhe, ce jeune avocat très engagé aux côté du directeur de cabinet du chef de l’Etat appelle ses alliés au calme et à la prudence: « c’est ici pour moi l’occasion de rappeler aux amis de l’Udps qui demandent au chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, de se débarrasser de Vital Kamerhe sur le poste de directeur de cabinet n’est pas un cadeau de l’Udps à l’Unc. C’est un élément majeur qu’il faut rappeler.

Vital Kamerhe est un allié de Félix Tshisekedi. Dans les accords, Kamerhe devrait être Premier ministre mais, comme le régime passé à eu une majorité au parlement, il y a eu un petit télescopage et en ce moment Vital Kamerhe ne devrait se retrouver que dans le cabinet du chef de l’Etat pour aider ce dernier parce qu’il en a le compétence, l’expérience, l’âge et le niveau ».

En plus, il a aussi notifié que, au premier ministre, Vital Kamerhe, comme directeur de cabinet, ne fait que suivre les orientations lui dictées par le chef de l’Etat. Il n’a pas le pouvoir d’initiative. Tout ce qu’il fait vient du chef de l’Etat:” En voulant jeter trop loin le drapeau, il finit par trouver de l’eau“, a-t-il insisté.

Appel de soutien au chef de l’Etat

Le congolais doit faire confiance au chef de l’Etat au delà la grogne sociale aujourd’hui, car il va maitriser toute cette situation. Il demande aussi cette confiance pour son autorité morale, Vital Kamerhe, candidat président en 2023: « les combattants de l’Udps doivent soutenir Vital Kamerhe en 2023, comme nous avons soutenu Félix Tshisekedi en 2018.”

Tout porte à croire que les membres, cadres et mouvements de soutien à Vital Kamerhe se préparent conséquemment pour briguer le pouvoir en 2023, et le cas probant est celui de Me Childéric Ndosa, ce jeune intellectuel très engagé pour la cause: « 2023, Vital Kamerhe Président! »

Jacques Kalokola

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.