Tshisekedi persiste et signe : 2020 année de l’action !

Le chef de l’Etat Félix Tshisekedi a présenté ses vœux aux ambassadeurs accrédités en RDC réunis à Kinshasa, dans le cadre de la cérémonie d’échange de vœux jeudi 30janvier dans la salle de congrès du Palais de la nation.

A cette occasion, il a réitéré son souci de faire de cette année, une année consacrée à l’action sur les principales réformes. Comme il l’avait annoncé lors de son adresse à la nation devant les deux chambres du parlement réunies en congrès, ce dernier insiste et signe que « l’année 2020 décrétée année de l’action ouvre largement le champ des réformes ».

La salle de congrès du Palais de la nation

Gouvernement chargé de la mise en application des réformes

Devant ces diplomates venus de 128 pays présents à cette cérémonie, Félix Tshisekedi a annoncé qu’un tableau de bord a été transmis au gouvernement et a promis qu’en intervalle régulier, il en évaluerait la mise en œuvre. Parmi ces réformes, il a énuméré quelques unes : l’amélioration du climat des affaires à travers la cellule présidentielle  du climat des affaires, la réforme de la justice, la réforme de la santé à travers la couverture de santé universelle, la création d’une agence spécialisée dans la lutte contre la corruption et le blanchiment des capitaux, la création de six zones industrielles économiques spéciales (Katanga, Kivu, Equateur, Kasaï et la zone Kinshasa et la Province Orientale.

A cette deuxième messe, dont la première date du 15 février 2019 à la cité de l’union africaine, on a dénombré les chefs des missions des organisations internationales et des agences du système des Nations Unies.

Le chef de l’Etat congolais s’engage aussi à faire de la  RDC un pays présent diplomatiquement pour éviter son isolement et avoir de bons rapports surtout avec les grandes puissances, contrairement à son prédécesseur.

Les raisons de tournées à l’étranger

Félix Tshisekedi a confié  aux ambassadeurs accrédités en RDC les raisons de ses tournées à l’étranger qui consisteraient à briser l’isolement diplomatique dans lequel le pays se trouvait et améliorer les relations avec les voisins et normaliser les relations avec l’Afrique et la communauté internationale.

C’est pourquoi le président de la république pense que la RDC a repris sa place dans le concert des nations. Il a profité de l’occasion pour solliciter une  implication encore accrue de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme dans l’est de la RDC et l’éradication des dernières poches de la maladie à virus Ebola.

Jacques Kalokola

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.