Dan Gertler bloque l’exploitation des blocs pétroliers congolais

L’exploitation des blocs pétroliers congolais du Lac Albert pose encore problème, et le blocage, selon des sources concordantes, viendrait de l’homme d’Affaires juif Dan Gertler, ami très proche de l’ancien président congolais, Joseph Kabila.

Gertler ou rien

En effet, l’homme d’affaires juif, conditionne l’exploitation de ces blocs pétroliers appartenant à la RDC à un remboursement d’une somme équivalent à 150 millions de dollars américains au titre de coût de prospection avant de lui céder les blocs pétroliers non encore exploités du Lac Albert, alors que son voisin Ougandais est en œuvre depuis 2006.

Dan Gertler, sous sanctions américaines pour blanchiment d’argent, à partir de son holding et ses filiales implantés en RDC, et le financement du terrorisme, a pu acquérir tous ces blocs sous l’ancien régime Kabila, grâce à ses accointances avec le « Rais », ce qui lui avait donné l’occasion de bénéficier des avantages colossaux dans le domaine minier, faisant de lui un incontournable roi des mines, solides comme liquide, sur le territoire congolais.

L’ami Gertler, au mariage de Joseph Kabila

Cependant, alors que l’Ouganda exploite déjà le même gisement dans son versant, la RDC qui peine à trouver des moyens pour son développement, est encore englué dans les revendications de cet opérateur économique pestiféré dans les milieux financiers internationaux, qui s’obstine à réclamer au pays propriétaire ce pactole avant de se désengager.

Les responsables politiques de l’époque Kabila impliqués

Ce désengagement ne ferait certainement pas l’affaire de la RDC en ce moment surtout quand l’on connait le danger que représente désormais Gertler dans les milliers financiers internationaux.

Lire :  Afriland First Bank poursuit Global Witness à Paris

Les turpitudes des certains dirigeants du régime Kabila rendent un mauvais service aujourd’hui au Congo pour avoir laissé libre cours à un partenaire encombrant, Dan Gertler, lequel, bien que sous sanctions américaines et partant interdit de toute transaction commerciale avec des personnes morales et physiques attachées aux normes commerciales, ne veut rien lâcher sans contrepartie.

En plus, la fin de non-recevoir à Tullow OIL PIC, une compagnie pétrolière en œuvre dans la même partie de la mer intérieure en Ouganda et intéressée à un moment aux blocs pétroliers congolais, les firmes SA et Eni SPA, ont fait recul, ce qui ne peut s’expliquer que par les sanctions qui frappent Dan Gertler et son holding, groupe Fleurette, depuis 2016.

Qu’à cela ne tienne, les experts du droit des affaires du gouvernement congolais ont du pain sur la planche pour trouver une solution rapide à cette affaire qui, sans trop réfléchir, est une autre sorte de guerre que certains individus en complicité avec des décideurs ont mené contre la République et qu’il faudrait coûte que coûte désengorger pour le bien-être de tous les congolais qui ont tant souffert.

In fine, la RDC a tout intérêt à se débarrasser de goulot que représente Gertler le plus rapidement possible, afin de retrouver sa place d’antan au lieu de continuer à figurer dans le Top 10 des pays les plus pauvres du continent et de la planète.  

Jacques Kalokola

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.