On entasse les corps comme des sardines à la morgue de Kinkanda, au Kongo Central

La morgue de l’hôpital provincial de Kinkanda à Matadi, au Kongo-Central est surchargée. Ce constat de saturation a été évoqué mercredi 15 janvier, au cours des assises de l’évaluation du plan d’action opérationnelle 2019 de la zone de santé de Matadi.

Selon le médecin directeur de cet hôpital, Bijou Soki, cette morgue avait été construite pour accueillir trente-huit corps. Aujourd’hui, elle contient plus de deux cents corps. Un tiroir prend trois à quatre corps superposés. Cet entassement dans un seul casier entraine la déformation physique des cadavres.

En réaction, le médecin chef de zone de Matadi, Goethe Makindu, a saisi l’occasion pour appeler la division provinciale de la santé à poursuivre le lobbying auprès des autorités pour désengorger cette morgue, construite il y a vingt ans.

De son côté, le chef de division provinciale à la santé, Dr Jacques Kimfuta, précise qu’il existe une autre morgue déjà construite au centre de santé de Mvuzi à Matadi. Mais, elle n’est pas encore opérationnelle, Pour la mettre en service, il faut débourser 20.000 dollars américains, afin d’initier des travaux consistant à creuser une fosse septique pouvant recueillir les eaux usées, construire un incinérateur et un mur pour isoler la morgue de l’hôpital situé à sa gauche et d’une école se trouvant à proximité.

Cependant, la division provinciale de la Santé avait essayé en 2019 d’obtenir un prêt bancaire pour achever ces travaux. Mais, la démarche n’avait pas abouti, l’hôpital n’ayant pas de personnalité juridique. Pour sa part, Le médecin chef de zone de santé de Kinkanda propose qu’une commission soit mise en place dans le but mener un lobbying auprès des députés, afin de collecter les 20.000 USD pour démarrer les travaux de la morgue de Mvuzi.

Infocongo.net/radio Okapi

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.