25 morts à la prison centrale de Makala en deux semaines, une ONG demande des poursuites contre le ministre des Finances

Vingt-cinq morts ont été enregistrés à la prison centrale de makala du 1er au 13 janvier par manque de nourriture et de soins de santé, alerte la Fondation Bill Clinton pour la paix, dans un communiqué publié mercredi 15 janvier.

Cette ONG dénonce des morts en silence dont le gouvernement et les magistrats seraient responsables. Selon la Fondation, sur 8.400 prisonniers, 500 sont des condamnés et les autres sont des « oubliés de la justice », des personnes qui croupissent en prison sans jugement ou qui ont purgé leurs peines mais restent tout de même en détention. 

La responsabilité des magistrats est liée au fait que l’activité n’est pas suivie par le Conseil supérieur de la magistrature, estime Emmanuel Adu Cole de la Fondation Bill Clinton.

« Lorsqu’un juge rend un jugement, il s’en lave les mains, c’est fini. C’est le procureur qui arrête et libère. Lorsqu’aujourd’hui il y a surpeuplement en prison, ce sont les procureurs généraux qui sont à la base », indique Emmanuel Adu Cole.

D’après les services pénitenciers, les 40% de fonds annoncés par le ministère des Finances pour l’approvisionnement de la prison en nourriture et médicaments ne pourront servir qu’à payer les arriérés des dettes de trois mois contractées auprès des fournisseurs. Emmanuel Adu demande des poursuites : « Nous demandons des poursuites contre le ministre des Finances. Le président de la République doit prendre des mesures contre le ministre des Finances pour le sabotage qui a causé des morts ».  

Lire aussi: https://infocongo.net/2020/01/07/les-detenus-morts-a-makala-divisent-deux-ministres-du-gouvernement-central/

Lire :  Beni : Les activités socio-économiques paralysées après l'assassinat d'un militant de la Lucha

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.