Limete : un jeune homme succombe à des coups de couteaux à Kingabwa

Un jeune homme, la vingtaine révolue, a succombé à ses blessures, vendredi 18 octobre dans les crépuscules au croisement des avenues Point-Show et Nganga, au quartier Kingabwa. Selon des témoins, la victime dont le nom n’a pas été communiqué, aurait lutté dix minutes contre la mort avant de rendre l’âme sur le champ.

Embuscade des Kuluna

Dans la ruelle de Nganga, à quelques 3 mètres des débits de boissons, l’infortuné aurait été surpris dans un traquenard tendu par une bande de Kuluna qui lui aurait porté plusieurs coups de couteaux avant de se retrancher. Le garçon est mort à 20h40 avant l’acheminement de sa dépouille à la morgue d’un hôpital de la place.

Tout Kingabwa, quartier chaud de la commune de Limete, district de Mont-Amba, est resté sous le choc de ce drame. L’émotion tout comme la colère était à son comble. Dans la soirée de ce vendredi, les policiers venus des sous-commissariats de Point-Show et Waya-Waya ont procédé à des tirs de sommation pour disperser les badauds en furie contre les agresseurs. Il était déjà 22 heures, heure locale.

Hors-la-loi récidivistes et tout-puissants

Il en ressort que les faits sont imputés aux hors-la-loi, sans emploi, dont la plupart ont déjà été condamnés pour des faits de violence sur fond d’alcool. La présence des agresseurs laisse penser à des cas suspects répétitifs et répréhensibles qui représentent un danger potentiel et permanent pour les habitants.

Les habitants du quartier Kingabwa, au regard méfiant vis-à-vis des agents de l’ordre, ont convié l’autorité urbaine à lancer une opération de ratissage contre ces inciviques dans les carrefours très fréquentés des quartiers Kingabwa, TP/Madrandele, Grand Monde et Pakadjuma, considérés comme de grands bastions des Kuluna.

A en croire les vendeuses de pains, cette énième attaque a marqué les esprits, tant il est courant à Kinshasa d’apprendre des nouvelles sur des attaques à l’arme blanche. Des Kuluna ne cessent de semer panique et désolation contre des passants.

Dans leur mode opératoire, les Kuluna ne sont jamais des loups solitaires. Tous les cambrioleurs ne sont pas des loups solitaires, bien au contraire ! La plupart opèrent en équipe, voire en bande, avec des membres chargés d’effectuer des repérages préalables au cambriolage proprement dit.

Pour communiquer, les Kuluna ne manquent pas d’ingéniosité. Après avoir quadrillé un quartier ou un lotissement, certains laissent de curieux symboles sur la route ou sur le trottoir en face de certains logements.

Le quidam de passage n’y voit qu’un simple gribouillage de jeunes, mais les Kuluna y lisent des informations précises sur l’heure et les moments jugés propices, a-t-on susurré après les forfaits.

Raymond Befonda

Leave a Reply

Your email address will not be published.