Procès du massacre des Wazalendo à Goma

Le tribunal militaire de garnison de Goma a condamné soixante-trois prévenus à de lourdes peines ce lundi 9 octobre, dont huit condamnations à mort, dans le cadre du procès de la répression sanglante de Goma du 30 août dernier. En revanche, 52 personnes ont été acquittées.

Le président du tribunal militaire de Goma, le major-magistrat Amsini Lazare, a prononcé la sentence de mort contre huit prévenus dont l’accusé principal, Ephraim Bisimwa, responsable de la secte la Foi naturelle judaïque messianique vers les nations.

D’autres accusés dans ces évènements du 30 août dernier, qui avaient coûté la vie à 55 personnes, ont écopé de peines allant de dix à vingt ans de servitude pénale principale. Huit femmes figurent parmi les condamnés.

Ephraïm Bisimwa condamné à mort

Le tribunal militaire a acquitté 52 personnes et les a renvoyées de toutes poursuites judiciaires. Tout en calmant ses adeptes condamnés, Ephraïm Bisimwa, lui-même condamné à mort, entouré de ses avocats, a interjeté appel.

Ephraim Bisimwa, chef de file de la secte Wazalendo

Notons que de nombreux adeptes de la secte Foi naturelle judaïque messianique vers les nations, appelés « Wazalendo », et les acteurs des mouvements citoyens attendaient le sort de leurs proches depuis les premières heures de la matinée.

Procès du massacre des Wazalendo

Pour rappel, le 30 août à Goma, des éléments des forces de l’ordre ont réprimé violemment une manifestation des adeptes de la secte la Foi naturelle judaïque messianique vers les Nations, qui se font appeler aussi « Wazalendo » (patriotes en swahili). Des dizaines de personnes ont trouvé la mort, plus de 50 autres ont été blessées. Une centaine de manifestants ont été interpellés. Le verdict vient d’être rendu dans leur procès, qui a démarré le 1er septembre au tribunal militaire de garnison de Goma.

Lire :  Sénat : Thambwe Mwamba démissionne, Samy Badibanga reste !

Dans le cadre de ce procès, des responsables militaires ont été arrêtés, puis condamnés, tandis que le gouverneur militaire du Nord-Kivu a été rappelé en consultation à Kinshasa à la suite de cette affaire. Lire aussi : La VSV appelle la CPI à surveiller le procès de Goma et à envisager une Intervention en cas d’impunité potentielle – Infocongo