Jean-Claude Pandatimu

Le président du Tribunal de commerce de Kisangani (Tshopo), le professeur Jean-Claude Pandatimu a écopé, ce vendredi 6 octobre, de 12 ans de servitude pénale principale pour traitement inhumain et dégradant. C’est à l’issue du procès lui intenté par le ministère public, après la publication de la vidéo montrant son ex-épouse en train d’être violentée par des policiers sur son ordre à Kisangani.

Le magistrat Pandatimu a été poursuivi par le ministère public pour le traitement inhumain et dégradant qu’il a fait subir à son ex-épouse Fryde Kelekele.  La cour a aussi reproché au président du tribunal de commerce, l’incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir et la discipline conformément à l’article 88 du code pénal militaire. Et aussi la violation des consignes, d’après l’article 113 du même document.

Madame Fryde Kelekele et son avocat

Outre les 12 ans de servitude pénale principale, avec de larges circonstances atténuantes, le Professeur Jean Claude Pandatimu est astreint également au paiement de 10 000 dollars américains de dommages et intérêts à la victime.

Deux policiers qui, sur ordre de ce magistrat, avaient ligoté l’ex-épouse de ce dernier, sont condamnés à 8 ans de prison chacun pour violations de consignes. Tandis que leur chef hiérarchique, un commissaire supérieur adjoint est, lui, condamné pour dix ans. Chacun de ces membres de forces de l’ordre est soumis au paiement de 500.000 franc congolais.

Tous ces frais sont payables dans le délai à défaut de subir la contrainte par corps, ajoute l’arrêt de la cour.

Après la lecture du verdict, la cour a immédiatement ordonné l’arrestation de tous les condamnés.

Lire :  Kisangani : les professeurs poursuivent la grève, malgré la décision de suspension

Les associations et mouvements féministes se félicitent de cette sentence, qui, selon eux, restaure la dignité de la victime.

Avec Radio Okapi.net