Chefs d'états-majors généraux

Les Chefs des États-majors des forces armées de la SADC, de l’EAC, de la CIRGL, de la CEEAC, et celui des Forces Armées de la République Démocratique du Congo se réuniront à Addis-Abeba le 4 octobre prochain pour examiner les différentes initiatives visant à éliminer les obstacles entravant la résolution de la crise dans la partie Est de la République Démocratique du Congo.

L’annonce a été faite par le VPM, ministre des Affaires Étrangères Christophe Lutundula lors de son intervention devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies jeudi 28 septembre 2023 à New-York aux États-Unis d’Amérique.

Christophe Lutundula Ministre des Affaires étrangères RDC
Christophe Lutundula Ministre des Affaires étrangères RDC

« Les Chefs des États-Majors de leurs Forces respectives et celui des FARDC se réuniront le 04 octobre prochain à Addis-Abeba pour examiner toutes les initiatives en cours et convenir des actions à entreprendre pour dégager toutes les entraves au règlement du conflit armé en RDC. Pas plus tard qu’hier, les Chefs d’État des pays membres de l’Organe de la SADC chargé des questions politiques et sécuritaires se sont réunis pour convenir des modalités du déploiement de la Force régionale de la SADC.

Cette initiative vient donc marquer ainsi une avancée significative. Quoi qu’il en soit, la RDC n’entend point rompre avec les Nations Unies ni avec les autres partenaires bilatéraux et multilatéraux désireux d’appuyer les efforts internes selon les formes convenues avec notre gouvernement », a annoncé le chef de la diplomatie congolaise Christophe Lutundula.

Suite du sommet de Luanda

Il a tenu à préciser que cette rencontre est conforme aux résolutions du sommet quadripartite tenu en juin dernier à Luanda (Angola) sous les auspices de l’Union Africaine au sujet des différentes initiatives de paix régionales en RDC.

Lire :  RDC : Le Cardinal Laurent Monsengwo est dans un état critique

« Il convient de rappeler que sous les auspices de l’Union Africaine (UA), le Sommet conjoint des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), de la Communauté pour le Développement de l’Afrique Australe (SADC), de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), et de la Communauté Économique des États de l’Afrique Centrale (CEEAC) tenu à Luanda le 27 juin 2023, a institué une Quadripartite des Communautés régionales ci-dessus qui coordonne et harmonise leurs initiatives en RDC », a rappelé Christophe Lutundula.

La RDC compte déjà sur son sol plusieurs forces étrangères censées combattre les groupes armés locaux et étrangers qui déstabilisent le pays.

À cet effet, le sommet de Luanda du mois de juin dernier avait « approuvé la création d’un « Groupe de travail de coordination à plusieurs niveaux » composé de représentants de la RDC et du Rwanda, de l’UA, des présidents de l’EAC, de la CIRGL, de la SADC, et de la CEEAC, ainsi que de l’ONU, avec un accent sur les questions politiques, diplomatiques, militaires, humanitaires, et socio-économiques pour faciliter l’échange continu d’informations afin de favoriser la cohérence ». Le Groupe de travail est placé sous l’égide de l’UA.

Création d’un groupe de travail de coordination à plusieurs niveaux

« Dans ce contexte, le sommet adopte le « Cadre conjoint de coordination des initiatives de paix à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) par la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC), la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Conférence internationale sur les Grands Lacs régionale (CIRGL), la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), et les Nations unies (ONU) sous les auspices de l’UA », qui harmonise les initiatives du quadripartite conformément à leurs instruments et décisions pertinentes avec une répartition claire des responsabilités et des accords délais », rapportait le communiqué final des travaux.

Lire :  Les partis Ensemble et RECO réunis pour une cause commune

La situation sécuritaire dans la partie Est de la RDC demeure préoccupante. La force régionale EACRF, créée en 2022 pour arrêter l’avancée du groupe armé M23, a récupéré, depuis décembre, certains des bastions de la rébellion. Mais, sur le terrain, les rebelles sont toujours présents. Depuis lors, la force régionale a régulièrement affirmé avoir remplacé les rebelles dans cette zone.

La situation est telle que les initiatives diplomatiques régionales à travers l’EAC peinent à donner des résultats sur le terrain. Ainsi, Kinshasa s’est résolu à se tourner vers la SADC. Le dernier sommet tenu en Namibie a validé l’envoi dans les prochains jours des troupes de la SADC à l’Est de la RDC.

Jusque-là, depuis la tenue du dernier sommet de la SADC, la date du déploiement de ses troupes à l’Est de la République Démocratique du Congo n’est pas encore connue. Lire aussi : RDC : L’incertitude plane à une semaine du départ prévu des troupes de l’EAC – Infocongo