Mgr Donatien Nshole

Dans une communication faite ce mercredi 30 août 2023, le Porte-Parole de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO), Monseigneur Donatien N’shole, met en garde le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Denis Kadima sur une éventuelle révolution en cas d’échec.

La surdité de Denis Kadima aux recommandations de la CENCO et de la société civile concernant l’audit externe du fichier électoral peut créer une révolution sans précédent, a prévenu le porte-parole de l’épiscopat congolais, Mgr Donatien N’shole.

« Si la CENI ne comprend pas la pertinence de notre insistance pour renforcer la confiance au sein de la population […] je crains qu’elle fasse le lit d’un environnement fertile pour une révolution qui n’attendra qu’un leader courageux », sonne-t-il la cloche pour attirer l’attention des décideurs.

Le prélat catholique conseille au Staff du chef de la Centrale électorale, Dénis Kadima de ne pas minimiser la perception de son travail dans l’opinion et l’invite à faire des correctifs significatifs. « Nous voulons tout simplement aider la CENI. Dieu me voit, personnellement, je n’ai rien contre le président Kadima. Nous ne pouvons pas nous engager dans une voie pour faire du mal au pays. C’est méconnaitre cette Église qu’on lui prête des intentions de mettre le pays sur la voie du chaos », a-t-il déclaré sur les antennes de la radio Top Congo Fm.

Prévenir le chaos

Avec les conditions de méfiance et de la méprise avec lesquelles les Congolais et Congolaises guettent les perspectives électorales au pays, le chapelain du pape François annonce qu’il ne serait pas surpris qu’après les résultats des élections, le pays soit confronté à une crise qui serait regrettée par tous. Néanmoins, Mgr N’shole apaise la commission électorale que la CENCO travaillera pour convaincre les acteurs qui ne veulent pas aller aux élections à rejoindre le processus. Le cas du leader de l’Ecidé qui continue à réclamer un nouvel audit du fichier électoral.

Lire :  CENI : le G13 alerte contre l'initiative des confessions religieuses

« Le conseil que je donne à Martin Fayulu est que le fichier peut être ce qu’il est, mais si on prend des dispositions pour une bonne observation et qu’on affiche les résultats, le défi sera dans la défense du vote de la population. Nous devons tirer les leçons de l’expérience passée. Cette fois-ci, le défi est que nous devons être présents dans tous les centres », s’est-il adressé à l’ancien candidat à la présidentielle de 2018.

 La Cenco n’a jamais refusé l’expertise de Kadima

Depuis la période de l’installation du bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) jusqu’à aujourd’hui, Donatien N’shole affirme que les évêques n’ont jamais remis en cause l’expertise de Denis Kadima. Seulement, a-t-il précisé, les dignitaires de l’Église concevaient mal que la candidature de l’actuel président de la Centrale électorale soit soutenue par les politiques. « Mais, cela ne veut pas dire qu’il ne va pas bien travailler. Voilà pourquoi nous sommes allés chez lui pour lui dire que ce qui s’est passé, est passé, maintenant le pays a intérêt que nous soyons des alliés, que nous travaillions ensemble et regardions dans la même direction », a-t-il précisé.

Bras de fer avec le camp de Dodo Kamba

Contrairement aux leaders religieux pro-Kadima, la plusieurs issus de mouvements évangéliques, pentecôtistes, messianiques, ou carrément de réveil, le Primat romain, Mgr N’shole estime que les Églises catholique et protestante travaillent ensemble parce qu’elles ont la même doctrine sociale dans le fond. D’ailleurs le Prince de l’Eglise s’est référé au discours de Monseigneur Bokundua, président et représentant légal de l’Église du Christ au Congo, ÉCC, lors de leur dernier synode.

Lire :  La CENI lance la Maison des élections à Kinshasa

D’après lui, c’est peut-être ce qui manque à d’autres Églises parce que leurs pasteurs ont des mains liées. « Nous sommes ensemble. On peut prier ensemble. On peut se retrouver ensemble pour organiser les œuvres de charité », a déclaré Donatien N’shole avant de conclure que « seules les questions sociopolitiques nous divisent ».

Barca Fibilulu Mpia