Sama Lukonde

Le principe d’une table ronde sur l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et de Nord Kivu prend de plus en plus corps. Hier lundi 19 juin, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a annoncé à Kinshasa le début des préparatifs d’une table ronde pour faire le point sur l’état de siège concernant les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

Le premier ministre a profité de cette occasion pour appeler les participants à s’adonner de manière responsable et patriotique à l’approfondissement de la question, afin de créer un travail et une feuille de route pour le bon déroulement ces travaux qui sont d’une grande importance pour la nation tout entière.

Il convient de noter que des critiques s’élèvent de plus en plus au sein tant bien de la classe politique que de la société civile sur cet état de siège dont les résultats sont très mitigés.

Députés Congolais contre l'état de siège
Députés Congolais contre l’état de siège

Pendant des décennies, la République démocratique du Congo, dans sa partie orientale, a été victime des agressions à répétitions aussi bien de ses voisins que des groupes armés instrumentalisés par des pays comme le Rwanda et l’Ouganda.

Régime d’exception

Pour rappel, l’état de siège est un régime d’exception instauré par les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri depuis mai 2021. Il est comparable à l’état d’urgence et est prévu par la Constitution de la RDC en ses articles 85, 86 et 612. Lorsque des circonstances graves menacent, d’une manière immédiate, l’indépendance ou l’intégrité du territoire national ou qu’elles provoquent ou risquent de provoquer une insurrection ou une rébellion.

Lire :  Nord-Kivu: 4 morts et trois blessés dans une fusillade au quartier Majengo, à Goma

Notons que l’état de siège renforce les pouvoirs des forces de l’ordre et confère aux autorités civiles et militaires des pouvoirs exceptionnels pour rétablir l’ordre public. L’état de siège a été prorogé à plusieurs reprises depuis son instauration en mai 2021. En août dernier, l’Assemblée nationale a procédé à une évaluation de l’état de siège et les députés ont dressé un bilan mitigé de cette mesure.

Blessing Bitemo (Stagiaire ISIPA)