Les hommes-clés des leaders de l'opposition

Des mandats d’arrêt ont été préparés à l’encontre d’hommes-clés dans l’entourage des principaux candidats d’opposition à la présidentielle en RDC. Fébrile à quelques mois de la date des élections, le pouvoir de Félix Tshisekedi est en pleine dérive autoritaire. Mais la communauté internationale est bien décidée à ne pas le laisser faire. Certains hauts-dirigeants congolais font déjà l’objet d’une instruction en vue de futures sanctions.

Moise Katumbi et ses collaborateurs Olivier Kamitatu et Salomon Kalonda

« Les mandats sont prêts. Ne manquent plus que l’occasion pour les faire exécuter », indiquent plusieurs sources au sein des services de renseignement, en rupture de ban avec leur hiérarchie.

Cette occasion, en réalité un prétexte, aurait pu être le sit-in de ce jeudi à Kinshasa devant la CENI, celui-ci ayant été interdit par le gouverneur Gentiny Ngobila. Un escadron spécial de la police avait même été prévu pour interpeller « les cibles ».

Des personnages clés du cercle des candidats de l’opposition ciblés

Ces mandats d’arrêt visent des personnalités-clés dans l’entourage des principaux candidats de l’opposition. Moins intouchables, estime le pouvoir, que les principaux leaders eux-mêmes : Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Augustin Mata Ponyo et Delly Sesanga dont l’éventuelle arrestation provoquerait un tollé dans le pays comme à l’international.

Il s’agit notamment de Prince Epenge et d’Alex Dende, alias Lexxus Legal, proches de Martin Fayulu ; d’Olivier Kamitatu, de Salomon Kalonda, de Don Pierrot Sadiki et du député Innocent Kazembe, quatre fidèles de Moïse Katumbi ; ou encore de Franklin Tshiamala, le secrétaire général de LGD, le parti d’Augustin Matata Ponyo.

Franklin Tshiamala, SG de LGD de Matata, molesté par la police jeudi lors du sit-in à la CENI

L’objectif du régime de Kinshasa, en pleine dérive autoritaire, est de « fragiliser les principales figures de l’opposition en vue de la présidentielle en neutralisant les hommes clés dans leur entourage », explique une source au sein d’un autre service de renseignement.

Lire :  Félix Tshisekedi à Washington pour participer au sommet USA-Africa

La communauté internationale alertée

Informés, les Etats-Unis et l’Union européenne, entre autres, suivent de près la situation.

Cet épisode est le dernier volet d’une série d’événements qui a vu le pouvoir s’en prendre avec acharnement à l’opposition : répression brutale de la manifestation pacifique de l’opposition du 20 mai à Kinshasa (plus de 150 blessés), arrestation d’activistes et d’opposants (dont le député provincial Mike Mukebayi), censure de médias, interdiction (illégale) faite à Moïse Katumbi de se rendre au Kongo Central, etc.

Il illustre la fuite en avant du régime de Félix Tshisekedi est en train de glisser de façon accélérée sur une pente dangereuse. Celui-ci d’ailleurs est désormais dans le viseur de la communauté internationale pour « entrave au processus électoral libre et transparent » et « atteinte aux libertés individuelles et fondamentales ». Certaines de ses principales figures font l’objet d’une instruction en vue de futures sanctions. Une liste de noms circule d’ores et déjà. Lire aussi: Augustin Matata Ponyo interdit de tenir une conférence à Kenge – Infocongo

Adrien Seves/Le Congo Libéré