Les présidents Félix Tshisekedi et Eric Mokgweetsi

Le désamour entre les autorités Congolaises et la force régionale de l’EAC n’est plus un secret, et le président congolais Félix Tshisekedi n’a pas manqué de le rappeler mardi 9 mai 2023 à Gaborone au Botswana, où il est en visite officiel. En effet, Félix Tshisekedi a révélé que d’ici le mois de juin de l’année en cours si la force régionale de l’EAC n’arrive pas toujours à jouer son rôle tel que prévu, la RDC sera obligée d’exiger son départ sur son territoire.

« Comme le mandat s’achève au mois de juin si à cette date-là nous estimons que le mandat n’est pas rempli je crois que nous allons décider de raccompagner ces contingents venus à la rescousse de la République Démocratique du Congo avec honneur les remercier pour avoir essayé d’apporter leur part de contribution à la paix en République Démocratique du Congo et de voir comment nous pouvons continuer nous même à pacifier notre pays », a dit Félix Tshisekedi devant la presse après échange avec son homologue Éric Mokgweetsi.

Félix Tshisekedi et Eric Mokgweetsi

La SADC

Après leur départ, révèle Félix Tshisekedi, des efforts vont se poursuivre avec la force de la SADC qui sera déployée incessamment et les forces angolaises qui auront pour mission de rassurer les rebelles du M23 pendant leur période de cantonnement.

« Depuis hier, nous avons la confirmation de la venue des forces de la SADC, ça c’est à mettre en place en plus de cela ce qui a été décidé de la part de la République d’Angola, c’est d’envoyer aussi des forces mais là c’était plutôt dans le but de faciliter le retrait et le cantonnement des forces terroristes pour qu’elles n’aient pas l’impression qu’une fois qu’elles seraient cantonnées, on va se ruer sur elles, s’acharner sur elles, leur appliquer la violence ou quoique ce soit.

Donc c’est pour les rassurer que les Angolais arrivent et nous espérions que en arrivant, ils vont faciliter le processus. Donc vous voyez que jusque-là nous nous sommes inscrits dans un processus de paix parce que nous voulons voir la paix revenir très rapidement », a expliqué Félix Tshisekedi, Président de la RDC.

Lire :  RDC : Par manque d'organisation et d'entente, les artistes n'arrivent pas à enterrer leurs morts

Retour progressif des déplacés

D’après ce dernier, dans les prochains jours le processus du retour des populations déplacées dans leurs milieux respectifs sera lancé. À en croire Félix Tshisekedi, ces populations doivent participer aux élections et doivent être épargnés des différentes épidémies

Populations déplacées internes au Nord-Kivu
Populations déplacées internes au Nord-Kivu

« Dans les semaines qui vont arriver nous allons entamer le processus du retour de nos compatriotes déplacés de guerre qui vivent dans des conditions infra humaines. Vous devez le savoir et aujourd’hui le Choléra a contaminé certains de ses compatriotes et au risque évidemment de s’étendre sur toute cette masse donc comme vous le voyez bien il y a un besoin urgent de ramener tout le monde à la maison d’abord parce que c’est leur droit de vivre décemment comme partout ailleurs et aussi parce qu’il y a ce processus électoral qui arrive auquel ils ont droit de participer », a-t-il conclu.

Depuis cette semaine, Félix Tshisekedi a entamé une tournée africaine auprès des États membres de la SADC. Cette tournée intervient au moment où plusieurs initiatives diplomatiques régionales amorcées avec l’EAC n’arrivent pas toujours à donner des résultats escomptés sur terrain.

La Force régionale initiée pour imposer la force aux rebelles du M23 à céder les territoires occupés ne produit pas de résultat sur le terrain alors que son mandat est offensif. Face à cette situation, Kinshasa veut clarifier le format de cette force avant tout renouvellement du mandat de la force régionale. Lire aussi: SADC : l’Afrique australe promet de déployer des troupes dans l’Est de la RDC – Infocongo