Le Pape François au Stade des Martyrs de Kinshasa

Le Pape François était face aux jeunes et catéchistes de la République démocratique du Congo ce jeudi 2 février au stade des Martyrs de la pentecôte à Kinshasa. Devant des dizaines de milliers de jeunes venus l’écouter, le souverain pontife a proposé quelques pistes pour affronter les défis de l’avenir.

Faisant une comparaison aux cinq doigts de la main, le pape a lancé un appel à la prière, à l’unité, à la communion fraternelle ainsi qu’à la lutte contre la corruption.

« … La communauté, c’est le deuxième ingrédient. Mes amis, ne laissez pas votre jeunesse être gâchée par la solitude et la fermeture. Pensez toujours à vous mettre ensemble avec les autres puis vous serez heureux, car la communauté est la voie pour vivre en harmonie avec soi-même, pour être fidèle à sa vocation. Ne vous laissez pas fasciner par de faux paradis l’égoïstes…, à la tentation de designer quelqu’un du doigt, exclure l’autre parce qu’il est d’origine différente de la vôtre, au régionalisme, au tribalisme qui semblent vous renforcer dans votre groupe mais qui sont au contraire la négation de la communauté », a conseillé le Pape.

Des jeunes, venus par dizaines de milliers écouter le pape François au stade des martyrs de Kinshasa

Le chef de l’Eglise catholique universelle a ensuite fustigé la corruption qui, selon lui, est un cancer qui semble ne pas s’arrêter :

« Je me demande comment vaincre le cancer de la corruption qui semble s’étendre et ne jamais s’arrêter. Tous ensemble, disons ‘’pas de corruption’’. Quand quelqu’un te tend une enveloppe, te promet des faveurs et des richesses, ne tombe pas dans le piège, ne te laisse pas tromper, ne te laisse pas engloutir dans la marée du mal ».

Lire :  Lourd bilan des incidents du Ramadan à Kinshasa

Le Pape a aussi appelé les jeunes congolais à ne jamais se décourager face aux difficultés de la vie mais aussi à prier pour lui.

Pour rappel, le pape François est en RDC depuis mardi 31 janvier, et devrait se rendre au Soudan du sud vendredi 3 février. Lire aussi: