Moise Katumbi, carte d'électeur en main

Moïse Katumbi Chapwe a obtenu sa carte d’électeur ce jeudi 26 janvier 2023 à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga.

Ce sésame l’engage pour les joutes électorales de décembre 2023. Contrairement au précédent cycle électoral où, contraint à l’exil, il n’avait pas pu participer au processus électoral, le Président national d’ensemble pour la République s’engage ainsi pour la présidentielle de décembre 2023, car déjà adoubé par le congrès de son parti.

Enrôlement de Moise Katumbi pour les élections 2023
Enrôlement de Moise Katumbi pour les élections 2023

Mais, l’ancien Gouverneur du Katanga sous Joseph Kabila, demeure encore la cible désignée d’un débat sur la congolité et la race, qui tend à l’exclure de la possibilité légale de postuler pour la magistrature suprême.

La congolité en embuscade…

On se souviendra en effet que Moise Katumbi avait déjà fait l’objet de cette polémique lors des élections de 2018 où des documents d’état civil avaient été fabriqués de toutes pièces pour l’exclure du processus électoral en plus de l’escalade judiciaire sur un vieux dossier sur l’immobilier. Aujourd’hui encore, il ne semble pas sorti de l’ornière, puisqu’il a dû encore faire face à une démarche similaire dans l’affaire qui l’oppose au sujet français Beveraggi.

Une foule immense a accompagné Moise Katumbi, à l’enrôlement

« Un dossier où est clairement apparu des mains politiques relevant de l’Union sacrée, la famille politique du chef de l’Etat en fonction, que Katumbi a quittée il y a peu, avivant les attaques dont il était l’objet depuis plusieurs mois, lorsque lui et ses sociétaires ont refusé de cautionner les dérives de gouvernance du team politique auquel ils appartenaient pourtant », comme l’indique notre confrère The Congo Guardian.

Néanmoins, ce jeudi 26 janvier, c’est une immense foule qui l’a accompagné pour son enrôlement, prélude d’un combat sans merci qui pourrait lui ouvrir la voie du Saint graal de la présidence de la RDC en 2024. Lire aussi:

Lire :  La gratuité de l’enseignement, priorité du projet de loi des Finances 2020