Willy Ngoma, porte parole du mouvement M23

Le Conseil de l’Union a décidé ce jeudi 8 décembre d’ajouter huit personnes à la liste des personnes faisant l’objet de mesures restrictives en raison de la situation en République démocratique du Congo (RDC). Les mesures restrictives existantes ont été prorogées pour une durée d’un an, indique un communiqué de l’UE.

Parmi les huit personnes inscrites sur la liste figurent cinq membres de différents groupes armés (M23, ADF, CODECO, FDLR et Maï-Maï Yakutumba), ainsi qu’un membre de l’armée congolaise, Justin Bitakwira, un homme politique congolais et un homme d’affaires belge. 

La plupart d’entre eux sont responsables de commettre de graves violations des droits de l’homme et atteintes à ces droits, ainsi que d’entretenir le conflit armé en RDC. D’autres personnes ont été inscrites sur la liste pour des raisons d’incitation à la violence et d’instrumentalisation du conflit, en se livrant à l’exploitation et au commerce illicites de ressources naturelles, indique le Conseil.

Justin Bitakwira

Interdit de séjour en UE, Gel des avoirs, etc.

Au total, 17 personnes font désormais l’objet de mesures restrictives de l’UE, qui ont été prorogées jusqu’au 12 décembre 2023 et consistent en une interdiction de pénétrer sur le territoire de l’UE et un gel des avoirs. En outre, il est interdit aux citoyens et aux entreprises de l’UE de mettre des fonds à la disposition des personnes inscrites sur la liste.

« La décision prise s’inscrit dans le cadre d’une approche intégrée de l’UE visant à soutenir les efforts déployés par les autorités de la RDC pour instaurer une paix durable et stabiliser la partie est du pays. Elle témoigne du rôle actif que l’UE joue en faveur de la région des Grands Lacs, en vue de contribuer à lutter contre les causes profondes de l’insécurité et de les transformer en possibilités pour les pays de la région et leurs populations », indique le communiqué.

Lire :  RDC : Le Mouvement du 23 mars « M23 » annonce un cessez-le feu unilatéral

Le Conseil continuera de suivre de près la situation dans le pays et pourrait envisager d’autres mesures restrictives en fonction de l’évolution de la situation. Lire les noms des personnes sanctionnées par l’UE: EUR-Lex – 32022D2398 – EN – EUR-Lex (europa.eu)