Université de Kisangani

Six étudiants blessés par balle, jeudi 1er décembre, lors de l’intervention de la police nationale au campus de l’Université de Kisangani (Tshopo).

La police nationale rétablissait l’ordre public à la suite des manifestations des étudiants qui réclamaient le réaménagement du calendrier académique avant la session des examens.

Ces étudiants protestaient contre la date limite des cours fixée au 5 décembre, date à laquelle les examens de la 1ere session de l’année en cours devraient commencer.

Or, selon les manifestants, certains cours n’étaient pas encore achevés.

Pendant cette manifestation, des accrochages ont alors éclaté entre les forces de l’ordre et les étudiants de l’UNIKIS.

Dans la foulée, six étudiants ont été blessés par balle et admis aux soins de santé.

Deux autres étudiants souffrent de traumatisme et sont également suivis médicalement.

Du côté de la police, les services compétents avancent un bilan d’au moins six blessés légers dus aux jets de pierres des étudiants, affirme un cadre de la police.

Après ces incidents, le comité de gestion de l’UNIKIS a sorti un nouveau calendrier des examens de la première session.

Les examens pourront alors débuter le 19 décembre courant.

Et le paiement des frais d’entérinement de diplôme, avant les examens, n’est plus une condition de participation à ces épreuves pour les finalistes.

Pour sa part, le représentant général des étudiants, Eric Yaufa appelle ses camarades au calme et demande aux autorités de prendre en charge des étudiants blessés. Lire aussi: Journalistes brutalisés et manifestants molestés par la police dans une marche contre le M23 à Goma

Lire :  Tshopo : Gouverneur et députés provinciaux reçus par le Vice-ministre de l'Intérieur