Rutshuru-ville au Nord-Kivu

Le calme est de retour depuis le matin de ce vendredi 7 octobre à Buramba, à une quarantaine de kilomètres de Kiwanja, sur la route qui mène vers le poste frontalier d’Ishasha dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu). La veille, cette entité a connu des manifestations des habitants contre la mort de deux jeunes, tués dans la nuit de mercredi à jeudi 6 octobre par un élément de la police alors qu’ils étaient en train de porter secours à un blessé ayant échappé au kidnapping.

« Les bandits sont arrivés pour kidnapper un papa sage du milieu. Le vieux a résisté et les bandits lui ont tiré dessus. Heureusement qu’il n’est pas mort mais blessé. Les voisins ont entendu des coups de feu et sont vite intervenus. Quand les deux jeunes gens voulaient amener la victime à l’hôpital, malheureusement, le commandant de la police, qui était soit dans un état d’ébriété, par imprudence, a directement tiré sur les compatriotes qui amenaient la victime à l’hôpital. Les deux jeunes sont décédés sur place. Situation que nous condamnons farouchement », fait savoir le député provincial Élie Nzaghani, élu du territoire de Rutshuru.

RDC : deux jeunes confondus aux bandits, tués par un policier à Buramba (Rutshuru)

« Buramba, c’est calme. La population a fini par comprendre. Les activités tournent normalement. Le trafic a également repris sur l’axe Kiwanja-Ishasha. Nous sommes en train de suivre de près les enquêtes qui visent à retrouver l’auteur de cet acte », a témoigné Alphonse Kambale, acteur de la société civile locale.

Les deux jeunes ont été inhumés jeudi pour calmer la tension de la population, qui montait d’un cran en voyant les corps des victimes. Le blessé, lui, l’homme à qui les jeunes tués portaient secours, a été transféré à l’hôpital de référence de Rutshuru pour des soins appropriés.

Lire :  Beni : L'asbl « Je suis Beni » dans la rue pour exiger le départ de la Monusco

L’administrateur militaire du territoire de Rutshuru, le colonel Bakole Nyengele Luc Albert, a affirmé avoir ordonné l’arrestation du policier présumé meurtrier en cavale.

« J’ai ordonné qu’on puisse chercher ce policier et qu’on mette la main sur lui. Attendons donc pour d’autres précisions. Sinon, à Buramba ça va bien depuis ce matin », a réagi l’autorité territoriale.

Ce double meurtre est condamné par plusieurs acteurs politiques et de la société civile de la place. « Nous demandons que ce commandant de la police soit vite retrouvé afin qu’il réponde de ses actes. Nous demandons le renforcement des forces de défense et de sécurité dans les zones qui ont été dégarnies à la suite de la guerre du M23. Aujourd’hui, les rebelles se promènent sans être inquiétés et ne sait pas pourquoi continuer à garder les militaires vers Bunagana alors qu’il n’y a pas des offensives lancées contre ces rebelles », a pour sa part dit le député provincial Elie Nzaghani, élu de Rutshuru.

Au-delà du phénomène M23 du côté de Bunagana, le territoire de Rutshuru enregistre de plus en plus nombreux autres cas d’insécurité dont des enlèvements, des tueries, des vols et viols et autres. Lire aussi: Nord-Kivu : la police rouvre la route Goma-Sake, bloquée tôt le matin par des manifestants

Avec Actualite.cd