Attaque de la prison de Butembo : Jonas Kasimba s’interroge sur le rôle de l’État dans une situation d’insécurité

Jonas Kasimba, notable de la ville de Butembo s’est exprimé sur la situation sécuritaire dans la partie est du pays, au lendemain de l’attaque sanglante de la prison centrale de Butembo-Kakwangura, située au cœur de cette ville commerciale.

Dans une analyse faite sur son compte Twitter, ce politologue de formation condamne avec la dernière énergie, la persistance de l’insécurité devenue un quotidien normal de la population de cette région. Cette situation est, selon, lui caractérisée par les massacres des civils, les pillages, les incendies des maisons, les enlèvements des civils et autres formes d’antivaleurs.

Jonas Kasimba s’interroge maintenant sur la situation de non-État qui a élu domicile dans cette partie du pays, où l’insécurité domine, et malheureusement l’État, les communautés régionales, et internationales ne comprennent.

« Petit à petit, l’insécurité, viol, massacres, guillotine…font désormais partie de notre vie depuis 22 ans. Nous arrivons au bout du tunnel et l’ennemi nous amène jusqu’au mur. L’État, les communautés régionales et internationales ne pigent. Situation de non-État ? », s’est-il interrogé.

Cette analyse a de nouveau été faite à la suite de l’évasion spectaculaire à la prison centrale de Butembo-Kakwangura, où plus de 800 détenus se sont fait évadés, parmi lesquels des ADF et des bandits de grand chemin. Lire aussi: Butembo : 3 morts dans l’attaque des miliciens à la prison de Kakwangura

Azarias Mokonzi

Lire :  RDC: l'ancien Premier ministre Matata Ponyo assigné en justice