Miliciens FRPI

Environ vingt morts ont été enregistrés, vendredi 22 juillet, dans des affrontements entre les miliciens de la Force de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI) et ceux du Front Patriotique et Intégrationniste du Congo (FPIC).

Des sources sur place rapportent que ces affrontements ont eu lieu au village Tulabo dans le territoire d’Irumu (Ituri).

Il s’agit encore d’un bilan encore provisoire révèlent des sources sécuritaires locales car les corps sont ramassés au fur et à mesure que les recherches se font sur le terrain de ces combats.

Ces deux groupes rivaux se disputent le contrôle d’une carrière minière dans la région, affirment les mêmes sources.

Depuis une semaine en effet, les miliciens de la FRPI et du FPIC s’accusent mutuellement de vols de bétails dans la région de Tulabo.

Ce conflit entre ces deux groupes armés s’est accentué lorsque le FPIC a voulu prendre le contrôle total d’une carrière minière. Ce que la FRPI n’a pas appécié.

Les deux groupes se sont alors livrés à des combats toute la journée de vendredi à Tulabo entre les chefferies de Walendu Bindi et Andisoma.

Ces combats se sont poursuivis dans la nuit de vendredi à ce samedi 23 juillet.

Plusieurs sources concordantes affirment que neuf corps des miliciens du FPIC ont été ramassés vers Tulabo ce samedi dans la matinée.

Du côté de la FRPI, des sources sur place parlent d’environ dix miliciens tués dont un de ses leaders bien connu dans la région de Bavi moteur connu sous le nom de Mandere.

Plusieurs éléments de la FRPI blessés seraient admis à des structures médicales de Walendu Bindi, affirment des sources coutumières dans la zone.

Lire :  Plus de 70 abris des déplacés du site de Roo en Ituri, partis en fumée dans un incendie

Pour sa part, le porte-parole des FARDC en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo appelle ces deux groupes armés au calme.

Cet officier militaire leur demande également d’attendre le début effectif du programme de DDRC-S, Démobilisation, désarmement et réinsertion sociale et communautaire.

Avec Radio Okapi.net