RDC : Après tête-à-tête avec Tshisekedi, Kamerhe demande pardon au peuple congolais

Le Chef de l’État Félix, Antoine Tshisekedi Tshilombo, a reçu son ancien directeur de cabinet, Vital Kamerhe, dans son bureau officiel à la Cité de l’Union Africaine, mardi 28 juin 2022 dans la soirée.

C’est à 21h50 que l’homme, en costume sombre avec une cravate à la Matata Ponyo a reçu une chaude accolade de son ancien patron qui n’a pas hésité à lancer : « Comment vas-tu, Vital ? »

Vital Kamerhe n’a perdu aucune seconde pour répondre à son Chef : « C’est l’émotion Monsieur le Président ».

Cet accueil a fait l’objet d’un réconfort morale par le président de la République a l’endroit du président de l’UNC qui venait de quitter la prison, il y a 5 jours.

C’est après plus de deux ans de séparation due au procès dit de 100 jours à l’issue duquel l’ancien directeur de cabinet a été condamné au premier degré à 20 ans de prison que les deux personnalités se retrouvent encore.

Selon une source proche de la présidence de la République, les deux alliés politiques au sein du « CACH » auraient parlé d’un retour de collaboration qui sera sanctionnée par des grandes décisions qui seront dévoilées en public dans l’avenir. La joie est aujourd’hui grande au sein de l’État-Major politique de l’UNC.

Condamné en juin 2020 au premier degré avec Samih Jammal, à 20 ans des travaux forcés pour détournement des fonds alloués dans la construction des maisons préfabriquées, qui s’inscrivait dans le cadre du programme des 100 jours du chef de l’État, Vital Kamerhe a été acquitté le 23 juin 2022, par la Cour de cassation. Non seulement le président national de l’UNC, mais tous ceux qui étaient condamnés par le procès de cette affaire sont aussi acquittés.

Lire :  Martin Fayulu condamne la répression des manifestations par les forces de l'ordre au Nord-Kivu

Les remerciements de Kamerhe à la Cour de cassation

Après avoir été reçu par le président de la République, Vital Kamerhe a fait sa première sortie médiatique ce mercredi 29 juin 2022.

Invité par Top Congo FM, Vital Kamerhe n’est pas hésité à dire : « Je dois remercier la Cour de cassation. Et le mot clé pour moi, c’est le pardon au peuple congolais. Je dois organiser une messe d’action de grâce à Kinshasa et à Bukavu pour remercier Dieu de m’avoir protégé et me garder en vie car, la prison n’est pas un endroit à envoyer quelqu’un. La voix du peuple est la voix de Dieu, c’est pourquoi, j’interpelle aussi la presse pour que nous soyons tous unis et servir notre pays », a dit le Président national de l’Union pour la nation congolaise. Lire aussi: RDC : rencontre Félix Tshisekedi-Vital Kamerhe sur fond d’émotion

Gel Boumbe

Leave a Reply

Your email address will not be published.