Nord-Kivu : Masisi, le foyer de la fraude aux examens d’État

Depuis plus d’une décennie, il s’organise une fraude à grande échelle lors des examens d’État, dans le territoire de Masisi au vu et au su des autorités provinciales, chaque année scolaire, Rapporte la plateforme Blogducitoyen.com.

Tout a commencé dans les grandes agglomérations notamment, Kitshanga, Sake, Masisi centre et puis Nyabiondo, où selon certains observateurs avertis, les élèves n’ayant pas suivi le cursus normal, quittent massivement la ville de Goma voire la cité de Sake pour aller présenter les examens d’État dans les différentes institutions scolaires dudit territoire.

Tous sont des élèves qui ont arrêté les études en 3ème, 4ème ou encore 5ème année des humanités, qui décrochent avec facilité le diplôme d’État, parfois avec des pourcentages inimaginables dans cette partie du pays.

L’éducation ne donne pas un avenir heureux

Selon l’enseignant Bovi Adolphe de l’institut Saint-Augustin de Kitshanga, les élèves viennent massivement piocher des diplômes de façon rapide à Masisi. « A mon avis, l’éducation ne donne pas un avenir heureux avec ce qui se passe sous l’œil impuissant des responsables d’établissements, tout comme de la province éducationnelle du Nord-Kivu 3. Le comble est que ce sont plus des fainéants qui sont recrutés à partir de Goma et qui ne viennent que présenter les examens d’État. Vous verrez dans une salle contenant 10 à 20 élèves, les jours des épreuves on assiste à un nombre élevé de plus de 50. Pendant qu’il y a peu d’élèves qui ont suivi les cours tout au long de l’année », dit-il.

Même avis partagé par le président de la société civile du Congo, Justin Bwira Luanda. « A notre niveau, nous avons déjà alerté les autorités au niveau de la province, mais sans effet. A 100%, je n’affirme pas. Mais en réalité, il y a engouement des élèves qui quittent Goma voire Sake pour venir présenter à Masisi. Une tricherie bien organisée qui assassine davantage les enfants qui ne savent plus prendre au sérieux les études. Cependant, nous ne cessons d’alerter et espérons toujours que nous obtiendrons gain de cause », a-t-il dit dans un entretien accordé à notre confrère Cédrick Sadiki Mbala

Lire :  Nord-Kivu : deux morts dans une nouvelle embuscade ADF sur la route Beni-Kasindi

Tricherie organisée

A Masisi centre, chef-lieu du territoire portant le même nom, la même tricherie à ciel ouvert y est organisée et orchestrée par certains chefs d’établissements bien identifiés, en complicité avec les inspecteurs de l’EPST. Après avoir frauduleusement recrutés des élèves en 6ème année, les préfets de certaines écoles vont plus loin jusqu’à demander d’autres frais connexes communément appelés « frais de labo et d’accueil des inspecteurs ».

La société civile tire la sonnette d’alarme

Pour David Muisha Kasiwa, cadre de la société civile noyau de Masisi et enseignant de son état, les diplômes de Masisi risqueraient de ne plus avoir d’importance si ladite pratique persistait. Selon lui, aujourd’hui tout le monde reconnaît qu’à Masisi les diplômes se distribuent comme des cacahuètes.

« A mon avis, si l’État congolais ne prend pas des précautions préventives pour stopper cette hémorragie, Masisi risquerait de s’enfoncer sur le plan éducatif », dit-il.

Tristement, le même constat est fait par le rapporteur de la société civile territoriale, Télésphore Mitondeke. Pour celui-ci, les démarches évoluent bon train pour que les auteurs répondent de leurs actes.

Selon Télésphore Mitondeke, le niveau de l’éducation est par terre dans cette partie du pays. Car, dans ce coin du pays, le principe de la méritocratie n’existe plus. « Nous condamnons ces actes qui sont sur une lancée de perdre la valeur d’un diplôme d’État Masisois. De notre part, nous avons alerté le sous-proved qui nous a promis que désormais, cette pratique doit cesser. Nous suivons de très près la situation », fait-il savoir.

Lire :  Beni : l'armée récupère un bastion stratégique des terroristes ADF-MTM après un assaut

L’EPST complice?

Par ailleurs, la sous division de l’EPST est saisie de la situation, mais tout semblerait marcher en complicité.

Selon certains jeunes interrogés à ce sujet par Blog du Citoyen, ils révèlent que cette tricherie est particulièrement soutenue, et appuyée par les chefs d’établissements qui en font désormais du business. Ces derniers (jeunes) préfèrent que le ministère de l’Education au niveau de la province ait un œil vigilant sur ce qui se passe dans les différents instituts du territoire de Masisi.

Par contre, le président de la société civile forces vives du groupement Ossso-Banyungu, Fabrice Kubuya Muphirwa fait état d’un bilan alarmant des villages Nyabiondo, Mahanga, Kashebere et autres d’être les premières cibles de ladite tricherie de haut niveau.

Amour Imani Christian et Cédrick Sadiki Mbala

Leave a Reply

Your email address will not be published.