Procès Chebeya

Un nouveau suspect a comparu mercredi 17 novembre lors de l’audience du double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana devant la Haute Cour militaire à la prison de Ndolo à Kinshasa.

Il s’agit du policier Jeancy Mulanga, arrêté dernièrement à Likasi, dans le Haut-Katanga.

Il a confirmé la présence de Chebeya et Bazana à l’Inspection générale de la police, la veille du crime, le 1er juin 2010, mais sans en savoir plus de la suite.

« On a fait le tour de la situation et on sait dans quelles conditions Chebeya et Bazana ont été tués, dans quelles conditions on les a amenés à Mitendi, là où on a enterré Bazana... », a indiqué Me Peter Ngomo, conseil des parties civiles, à l’issue de l’audience.

A la clôture de l’instruction, la partie civile s’est dit satisfaite des dépositions faites par les prévenus et témoins mais attend toujours que le général Zelwa Katanga « Djadjidja » dépose à la Cour, les titres des propriétés de ses concessions à Mitendi.

La Cour a promis de clore les débats avec les plaidoiries et réquisitoire le 1er décembre prochain.

Entre-temps, le site de la concession Djadjiadja est déjà pollué

On se souviendra que la Haute cour militaire avait organisé, mercredi 10 novembre, une audience de reconstitution sur le site de Mitendi dans la commune de Mont-Ngafula, supposé être le lieu où aurait été enterré Fidèle Bazana, ancien chauffeur de Floribert Chebeya.

Il était question de confronter les prévenus et renseignant à leurs dépositions faites sur l’enterrement de Bazana dont le corps reste toujours introuvable. Après une longue marche de près de 3 Km en partant de l’artère principale, le site a été difficilement identifié mais déjà pollué.

Lire :  Sud-Kivu : Les autorités nationales et provinciales appelées à porter assistance aux victimes de la tragédie de Sange

Sur les trois concessions appartenant au général Zelwa Katanga Djadjidja, ce dernier n’en reconnait qu’une seule. Et à 100 mètres de-là, Jacques Mugabo et Doudou Ilunga affirment avoir enfoui le corps de Bazana.

Les voisins des lieux avaient confirmé la présence, jadis, de quelques militaires en train de déterrer quelque chose.

« Nous avons réussi à arriver dans la parcelle bien indiquée. C’est la parcelle de M. Zelwa Katanga Djadjidja. Cette parcelle a également été visitée par la MONUSCO accompagnée de Mugabo qui confirme qu’il a été dans cette parcelle », a déclaré le conseil des parties civiles, Me Richard Bondo.

Pour sa part, le président de la Société civile de la RDC, Christopher Ngoy, évoque la question d’imprécision des termes entre concession et parcelle :

« Ça fait plus de 11 ans, c’est pourquoi nous sommes sur le site. Nous cherchons la vérité. On peut se rappeler ou se souvenir [de quelque chose]. Aujourd’hui, au lieu qu’on nous parle de parcelle, on nous parle de site. Ce n’est plus précis. »

Cependant, le président de la Cour avait précisé que la descente n’est pas effectuée « pour une fouille du sol mais vérifier les affirmations et contradictions croisées des accusés. » Lire aussi: RDC : réouverture du procès Chebeya ce mercredi 22 septembre