Ecureuils du Bénin

Le Bénin n’entend pas laisser la RDC aller aux barrages pour la qualification au mondial Qatar 2022. En effet, après la confirmation de mardi sur l’homologation du résultat 2-0 obtenu par les Léopards dimanche face aux Ecureuils, la Fédération Internationale de Football Association, FIFA, affirme avoir reçu une plainte du Bénin. Les changements opérés sur quatre sessions différentes par les Léopards sont contestés.

« L’instance internationale a informé avoir reçu une plainte de la Fédération du Bénin pour un problème technique lié aux remplacements de joueurs lors de son match perdu face à la République démocratique du Congo à Kinshasa (2-0) » précise l’Agence Française de Presse (AFP).

Dieumerci Mbokani tirant son pénalty face au Bénin

La presse française s’en mêle

On se souviendra que ce sont les médias français qui se sont faits porte-parole de la fédé béninoise sur cette affaire de remplacement de joueurs, allant même jusqu’à prédire une éventuelle disqualification de l’équipe congolaise

Certes, pour avoir effectué quatre sessions de remplacements au lieu de trois comme l’exige l’article 3 des Lois du jeu, la RDC a commis une infraction dimanche dernier face au Bénin (2-0).

Duel entre Mbokani et un défenseur béninois

En effet, selon le règlement de l’IFAB pour des raisons de protocole liées au COVID-19, chaque équipe dispose de 3 opportunités maximum de remplacements pendant le match (la mi-temps ne compte pas) pour effectuer ses 5 changements. C’est ce que la RDC n’a pas respecté en opérant quatre changements à la 65, 77, 84 et 90 minutes.

Sanctions, pas sanctions ?

Néanmoins, il est difficile de confirmer une possible sanction contre la RDC, simplement pour les trois raisons suivantes :

Lire :  Linafoot D1 : victoire de Dauphin Noir de Goma sur RCK à Kinshasa (2-1)

D’abord, le Bénin n’a déposé aucune réserve technique après le match. Ce qui a été confirmé par le Secrétaire général de la FECOFA au micro de RFI : « La partie béninoise n’a formulé aucune réserve. Règlementairement, celle-ci devait s’opérer deux heures après le coup de sifflet final de l’arbitre et être confirmée dans le 24 heures ». Or, d’après Ablam Gnamesso, journaliste à Sportdrome, c’est lundi que la CAF a envoyé le recours du Bénin à la FIFA.

Ensuite, si le nouveau règlement est clair sur la procédure des changements, elle n’en dit pas plus sur des éventuelles sanctions en cas de non-respect de celle-ci. Sans l’éclaircissement de la FIFA, il est donc impossible de confirmer une possible disqualification de la RDC.

Enfin, l’existence d’une jurisprudence. En effet, on cite l’exemple du fait survenu le 11 novembre 2020, où la Guinée équatoriale avait commis la même infraction que la RDC lors du match contre la Libye (2-3) dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2021. Les Nzalang Nacional avait effectué 4 changements en 4 sessions (62’, 86’, 90+2’, 90+5’).

La Libye avait donc déposé un recours auprès de la CAF, qui n’avait malheureusement pas abouti.

Pas de sanctions prévues, disqualification improbable

Ainsi, il est clair que le nouveau règlement de l’IFAB qui n’a pas prévu de sanctions en cas de non-respect de la procédure de trois sessions. Impossible donc à ce stade de penser à une disqualification des Léopards.

Le dossier de la plainte béninoise n’aurait visiblement pas été traité mardi et une réponse est attendue dans les 48 heures.

Lire :  Dossier Guelor Kanga : Face-à-face FECOFA et FEGAFOOT ce 24 mai

Toutefois, le public congolais est plus qu’attentif pour connaître le sort final que la FIFA réservera à ce dossier, quand bien même que tout porte à croire que les Léopards seront bel et bien au rendez-vous pour le tirage au sort le 18 décembre prochain. Lire aussi: Éliminatoires Qatar 2022 : les Léopards arrachent leur billet pour les barrages

Leave a Reply

Your email address will not be published.