Bertrand Bisimwa Président du M23

Le Mouvement du 23 Mars (M23), par le canal de son président, Bertrand Bisimwa a démenti les accusations des FARDC, le désignant comme auteur de l’attaque de la colline de Chanzu, en territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu.

Dans une mise au point publiée ce luidi 8 novembre, le M23 dit :

« Nous venons de suivre sur différents médias des informations faisant état d’une confrontation armée qui mettrait aux prises les forces armées de la République démocratique du Congo et des personnes présentées comme appartenant au M 23. Pour ce faire, nous faisons la mise au point suivante :

  1. Depuis plus d’une année notre organisation est engagée dans les pourparlers avec le gouvernement de Kinshasa. Nos délégués ont séjourné et ont eu des échanges très fructueux avec l’administration de son excellence monsieur Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, président de la République et chef de l’État;
  2. Ces pourparlers ont abouti à des conclusions dont notre mouvement attend impatiemment la mise en œuvre et croit en la bonne foi du chef de l’État qui ne ménage aucun effort pour rassembler les fils et filles de ce pays autour d’un plan de paix définitive dans l’est du pays en particulier et sur toute l’étendue de la République en général;
  3. Il est donc mal indiqué de croire que notre mouvement puisse s’engager dans des hostilités avec les FARDC en ce moment où le partenariat avec le gouvernement de la République se porte mieux et que tous les espoirs sont encore permis. En clair le M 23 n’est pas engagé dans quelques confrontations armées dans le territoire de Rutshuru;
  4. Il est toutefois vrai que nos combattants qui sont dans le territoire de Rutshuru depuis 2017 pour y attendre la réponse du gouvernement aux causes profondes du conflit qui nous a opposés subissent des actes de provocation de la part de quelques éléments incontrôlés des FARDC depuis l’année 2020. Cependant, ils se sont toujours abstenus de répondre de peur de provoquer une nouvelle guerre inutile;
  5.  Nous n’acceptons pas non plus qu’un quelconque groupe armé vienne semer terreur et confusion dans les environs de l’espace où sont déployés nos combattants dans l’intention de nous mettre sur le dos ses forfaits;
  6. C’est ici pour nous l’occasion de réaffirmer notre engagement aux conclusion des pourparlers de Kinshasa et réitérer notre confiance au chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et en son gouvernement pour leurs efforts de pacification du pays;
  7. Cependant, nous exigeons quels éléments incontrôlés déployés dans différentes positions de l’armée gouvernementale dans le territoire de Rutshuru soient relevés aux fins de mettre un terme aux actes de provocation auxquels ils se livrent malignement et éviter ainsi une confrontation dans cette zone là, au moment où tout notre peuple aspire à la paix et voudrait voir tous les citoyens de la République épris de paix se ranger derrière les efforts du chef de l’État pour neutraliser les bandes armées étrangères dont les ADF, FDLR, etc. qui écument l’est du pays depuis plusieurs décennies et sèment chaos et désolation. »
Lire :  Beni : Le président de la société civile de Mbau arrêté pour avoir collaboré avec les ADF

Leave a Reply

Your email address will not be published.