Marche Lamuka

Plusieurs forces politiques et de la société civile ont signé dimanche 24 octobre une déclaration politique pour annoncer des actions citoyennes en vue de s’opposer à la mise en place des animateurs de la CENI, par le président Tshisekedi, résultant d’un processus entaché d’irrégularité.

Le bloc frondeur constitué du CLC, du FCC, et de l’ECIDE, décide de transcender ses « différences ». Il accuse le pouvoir actuel de « prendre toute une nation en otage » à travers une CENI « non indépendante ». 

Transcender les différences

«Dans l’intérêt supérieur de la Nation et pour sauver les acquis de la démocratie malgré nos différences, décidons d’unir nos forces en vue d’obtenir par tous les moyens légaux l’adoption consensuelle d’une loi organique sur la CENI et d’une loi électorale pour l’organisation des élections crédibles, libres, transparentes, inclusives et apaisées en 2023, conformément à notre constitution;

réaffirmons que le blocage et la crise actuels sont le fait du pouvoir en place qui refuse l’indépendance de la CENI et veut prendre toute une Nation en otage. Affirmons que le consensus constitue la seule et unique voie pour restaurer la confiance entre les acteurs et éviter l’implosion du pays », déclarent ces forces politiques et sociales.

Elles annoncent l’organisation « de grandes actions citoyennes à travers toute l’étendue du pays pour exiger l’indépendance, la dépolitisation et la non-instrumentalisation de la CENI en vue des élections crédibles, libres, transparentes, inclusives et apaisées ».

“Bloc patriotique contre la dictature fatshiste”

Pour rappel, au lendemain de l’entérinement des membres de la CENI par l’Assemblée nationale, Martin Fayulu avait appelé les forces politiques et sociales « réellement acquises au changement » à constituer un « bloc patriotique » contre la « dictature fatshiste ». Il avait accusé le président Tshisekedi de préparer la fraude électorale.

« Je lance un appel solennel à toutes les forces réellement acquises au changement à la constitution d’un grand bloc patriotique contre la dictature fatshiste qui se met en place dans la négation et le mépris total de la souveraineté du peuple congolais. Ce bloc aura comme mission principale de faire échec à ce macabre projet de fraude électorale », avait-il lancé.

On se souviendra que Ensemble pour la République avait aussi dénoncé la mise en place de la CENI au terme d’un processus de « cafouillage ».

Toujours dans la même veine, le Comité laïc de coordination (CLC), a quant à lui, dénoncé le manque de consensus, et invite la population à « une extrême vigilance citoyenne. Pour le CLC, la désignation « sans consensus » des membres de la CENI prédispose les résultats des élections de 2023 à des contestations. Lire aussi: RDC : Moïse Katumbi se retire de l’Union sacrée

Leave a Reply

Your email address will not be published.