Distribution d'eau à Goma

Les structures, organisations de jeunes, mouvements citoyens et noyaux locaux de la société civile forces vives des communes de Goma et Karisimbi dénoncent le silence des autorités et la complicité de la REGIDESO face à la pénurie d’eau potable dans plusieurs coins de la ville depuis plusieurs jours maintenant.

Les populations des quartiers concernés sont obligées chaque jour de se réveiller tôt le matin pour aller s’approvisionner au lac. D’autres achètent de l’eau non chlorée vendue à partir des vélos et celle venant de camions citernes à conditions hygiéniques très déplorables.

Les membres de la société civile et organisations citoyennes de Goma

Malgré les différentes stations de pompage dans la ville aussi proche du lac Kivu, certains quartiers peinent à fuir cette problématique de la pénurie d’eau potable.

Assumer son rôle de service public

Dans une déclaration commune ce vendredi 1 octobre, ces structures indiquent qu’en lieu et place d’assumer sa mission qui consiste à produire de l’eau et la distribuer par le raccordement dans les robinets ou dans les bornes fontaines, la REGIDESO a préféré la sous-traitance de son rôle à des particuliers commerçants qui vendent de l’eau déjà dénaturée à des prix exorbitants. Un système qui serait vivement encouragé par les responsables de la REGIDESO aux sites SOTRAKI au quartier Kyeshero et celui dit « Fatshi », à la plage du peuple de Himbi, ainsi qu’au niveau du cercle sportif, dans le quartier les volcans, déplorent les signataires du mémorandum.

« Hier la REGIDESO se défendait au motif qu’elle manquait l’électricité pour distribuer de l’eau à toute la ville et ses périphéries. Aujourd’hui, elle a du courant électrique 24h sur 24 fourni par Virunga Energy et sa capacité de pompage a été plus doublée aussi par le CICR qui l’a doté de cinq générateurs mais, finalement pour quel résultat ? », s’interroge Jules Ngeleza président du conseil de la jeunesse en commune de Goma.

Lire :  Nord-Kivu : La société civile forces vives de Masisi dans la rue mardi 16 août pour dénoncer l'état de délabrement de la route Sake-Masisi-Walikale

Démissions ou remplacements

Tous ces plaignants recommandent aux autorités compétentes la démission ou le remplacement sans délai ni conditions du directeur provincial de la REGIDESO qui par son arrogance et son incapacité a échoué à asseoir le travail traditionnel de cette entreprise consistant à produire et fournir de l’eau potable à la population.

Pénurie d'eau potable à Beni
Pénurie d’eau potable

Ils exigent d’intimer l’ordre à la REGIDESO d’exploiter le réservoir installé par Mercy corps au Mont Goma et celui de Bushara dans le territoire de Nyiragongo, dont l’entrée en service est refusée par cette entreprise au bénéfice des camions citernes, système entretenu par la sous-traitance ; et alléger les conditions aux entreprises privées intervenant dans le secteur de l’eau et les aider à obtenir des financements auprès des bailleurs de fonds pour qu’elles arrivent à étendre leurs zones de responsabilité afin de desservir la population dans les quartiers concernés par la pénurie en eau potable, étant donné que la REGIDESO a montré ses limites.

La REGIDESO a une mission commerciale et poursuit sa mission

Contacté par infocongo.net, le directeur provincial de la REGIDESO au Nord-Kivu parle d’une folie de la part ceux qui l’accuse et précise que la REGIDESO a une mission commerciale et elle continue à donner de l’eau à la population.

« Si la REGIDESO vend son eau, où est le problème ? En quoi ça dérange ?  Au lieu de chercher du travail, ils se mettent à chercher des problèmes de non-causes. La REGIDESO a une mission commerciale. Je pense, ils doivent nous laisser faire notre travail. Ils étaient dernièrement à la mairie et ont leurs avaient qu’ils n’ont pas d’arguments. Maintenant ils sont dans la rue. Qui est derrière eux ? Ne cherchons pas les problèmes là il n’y a pas“, a réagi le directeur provincial de la REGIDESO au Nord-Kivu David Angoyo.

Lire :  L’attaque d’un aéronef de l’ONU cause la suspension des vols humanitaires dans l’est de la RDC

Amour Imani Christian