Elèves finalistes Beni

Les grossesses et les mariages prématurés ont causé une diminution de 10% du taux de participation des filles finalistes à l’Examen d’Etat, édition 2020-2021, au Maniema, comparativement à l’année précédente.

Cette statistique émane de l’inspecteur principal provincial, Jean-Marie Mwayesi Bileka, au cours d’un entretien avec Infocongo.net, lundi 30 août dernier.

« La province éducationnelle du Maniema attend 11.053 candidats, parmi lesquels nous n’avons que 3.073 filles. Et par rapport à l’année passée, nous connaissons une régression. L’année passée, le nombre des filles représentait au moins 38% et aujourd’hui nous sommes à 28%. D’après nos recherches, nombreuses filles abandonnent les études entre le cycle primaire et le secondaire. Nombreuses vont dans les carrières, nombreuses sont en train de subir des mariages précoces et d’autres tombent enceintes avant de passer à l’examen d’Etat », déplore-t-il.

Pour rappel, ces épreuves ordinaires de l’EXETAT, ont débuté lundi 30 août sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo, par l’épreuve de culture générale. Lire aussi: Nord-Kivu : 59 387 candidats passent les épreuves préliminaires de l’examen d’État

Azarias Mokonzi et Elias lwayivweka

Lire :  EPST : 144.944 enseignants "nouvelles unités" éligibles à l'intégration dans le fichier de paie

Leave a Reply

Your email address will not be published.