Félix Tshisekedi

Ceux de ses nombreux détracteurs qui accusent le Chef de l’Etat congolais de parler à tort et à travers, et à raconter souvent des boniments, ne sont peut-être pas si loin de la réalité.

Le Président de la République Félix Tshisekedi a encore conforté cette impression jeudi lors de son interview télévisée à la chaîne nationale RTNC.

Interview du président Félix Tshisekedi par Françoise Buela (RTNC) et Christian Lusakueno (Top Congo Fm)

Au sujet du vaccin anti-Covid-19 Astra-Zeneca, qui rencontre une grande réticence dans le public congolais, mais dont les autorités officielles recommandent la prise, il a dit mot pour mot : « j’ai eu raison de ne pas me faire vacciner. J’ai demandé l’avis des uns et des autres, ils étaient partagés. Ils m’ont rassuré qu’il n’y avait aucun danger. Moi-même j’avais des doutes ». Autrement dit, le Président de la République, garant de la nation et de l’intégrité physique de sa population, nourrissait des doutes sur la validité d’un nouveau médicament, mais s’est abstenu d’en faire part à sa population, la laissant libre d’en prendre à ses propres risques et périls, tandis que lui-même et sa famille, voire ses collaborateurs, s’en abstenaient. Certains diraient qu’une telle attitude ressemble fort à ce qu’on appelle non-assistance à personne en danger, ou encore à une abstention coupable.

Un autre sujet où les détracteurs du Président prétendent qu’il a tout simplement raconté sa vie, c’est celui concernant sa rémunération mensuelle. La main sur le cœur et l’œil rivé sur la caméra, Félix Tshisekedi, comme Saint-Pierre devant Ponce Pilate, a déclaré ceci : « je ne connais pas mon salaire. Je suis incapable de vous dire combien je touche. Ça ne m’intéresse pas, mais je sais que ce n’est pas exorbitant. Je suis pour qu’on baisse le train de vie des institutions ».

Lire :  Entre la majorité de l'Union sacrée et le collectif des oppositions, les biceps sont de sortie

Au-delà de la double contradiction que contient cette affirmation présidentielle, tout le monde sait pertinemment que le salaire du Président de la République est inscrit à chaque exercice dans la loi des Finances, et qu’il est de ce fait, de notoriété publique, du moins, théoriquement. Mais, dans le cas où le Chef de l’Etat n’aurait pas eu le temps de lire ses droits au moment où il signe la loi budgétaire, il aurait encore eu le loisir d’interroger sa distinguée épouse qui gère le ménage familial, à défaut du ministre des Finances, ou encore du Comptable public affecté à son Cabinet.

Mais en matière de salaire comme en toute autre chose, tout le monde sait que le Chef de l’Etat préfère ne pas être au courant. La transparence sur la rémunération du Président de la République, était pourtant une promesse de campagne du candidat Félix Tshisekedi, qui avait solennellement promis de communiquer son salaire une fois élu Président de la République…