Beni : Le porte-parole des FARDC dément l’attaque contre les Mai-mai/UPLC à Kalunguta

Depuis lundi 6 juin dernier, les combattants ADF et les miliciens Mai-Mai de l’Union pour la Libération du Congo (UPLC), se disputent le contrôle du groupement Buliki, dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

De lourds affrontements s’en étaient suivis sans donner un quelconque bilan. Contacté par la rédaction d’Infocongo.net, l’administrateur du territoire de Beni, Donat Kibwana, a précisé que les ADF avaient lancé une attaque contre la position de ces miliciens à Kalunguta. Raison pour laquelle, les habitants s’étaient déplacés vers des régions supposées sécurisées, a-t-il précisé.

Démenti des FARDC

Une information pourtant contredite par l’armée par le biais de son porte-parole, le lieutenant Antony Mwalushayi, qui a rassuré dans une mise au point ce mercredi 9 juin, qu’il n’y a jamais eu attaque contre la position des miliciens Mai-mai UPLC à Kalunguta. D’après lui, l’armée a déjoué une attaque des rebelles ADF, dirigée contre la population civile dans cette localité : « Il faut dire que votre armée a déjoué l’attaque planifiée par les ADF, alors que nous avons dépêché à temps un groupe de militaires et ils ont déjoué cette attaque. Il n’y a pas eu attaque au site où sont cantonnés les Mai-mai UPLC qui ont accepté le processus de paix ».

Cependant, cette mise au point semble contredire non seulement l’administrateur du territoire de Beni, mais aussi la société civile qui avait aussi indiqué que les ADF ont attaqué plusieurs positions de ces rebelles. Même le coordonnateur de ce groupe armé a indiqué mardi que 3 ADF ont été neutralisés et 3 armes Ak47 récupérées. « Bien-sûr on nous a attaqué c’était très tôt le matin de lundi », a fait savoir Yuston.

Lire :  Des morts et blessés lors d'une nouvelle attaque ADF à Kokola (Nord-Kivu)

Cette controverse plonge la population dans une confusion totale. Entre temps, plusieurs villages du groupement Buliki se vident de leur population qui craignent pour leur sécurité. Lire aussi: Beni : des miliciens Mai-mai délogés de Kanyihunga par les ADF

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.