2023 : la CENI forme des formateurs en logistique électorale

Le Président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Corneille Nangaa Yobeluo, a lancé, ce lundi 1er mars, l’atelier de renforcement des capacités en logistique électorale à l’intention des formateurs nationaux à Kinshasa en vue des élections de 2023.

Grâce à l’appui de la fondation internationale des systèmes électoraux (IFESS), une trentaine d’experts de la CENI en matières logistique provenant du Secrétariat exécutif national (SEN) et des Secrétariats exécutifs provinciaux seront en formation durant 7 jours avant l’immersion au grand entrepôt de la maison électorale à l’aéroport de N’djili. Y sont conviés également les archivistes et des chargés du monitoring.

« L’opinion doit savoir que nous sommes déjà en train de préparer les prochaines élections. Et l’atelier que nous lançons aujourd’hui entre dans ce cadre. A tort d’aucuns pensent que les élections sont une affaire d’un mois ou d’une année. Que ça soit pour toutes les parties, compétiteurs et organisateurs, la réussite d’une élection se prépare des jours, des mois voire des années durant. Toute chose restant égale par ailleurs, les élections prochaines sont prévues en décembre 2023. Il va falloir que la CENI organise les élections », a déclaré Corneille Nangaa.

M. Nangaa attend au sortir de cette session de formation, des recommandations sur le plan logistique pour le 4ème cycle électoral après trois expériences (2006, 2011 et 2018).

« Vous voudrez que nous discutions sans tabou ce qui permettra de sortir des recommandations pertinentes à partager avec toutes les parties prenantes en général mais surtout le gouvernement et le parlement en particulier mais également le président de la République. L’atelier aura aussi le mérite d’être une évaluation des questions logistiques. Comment nous avons pu nous déployer dans les zones difficiles, comment a-t-on bravé le conflit bantu-pygmée au Tanganyika, des groupes armés au Nord et Sud-Kivu, au Maniema, en Ituri. Je vous encourage à commencer à réfléchir en toute liberté, en toute transparence mais aussi en toute objectivité fondamentale en espérant que dans les jours qui viennent les formations sur les autres secteurs vont être entamées pour la préparation du prochain cycle électoral », a-t-il dit aux participants.

Lire :  CENI : Les chefs des confessions religieuses pro-Malonda chez Tshisekedi ce mardi 16 juin

Le président de la CENI est convaincu que pour 2023 le défi logistique va demeurer, surtout à cause de la dégradation aggravée des routes, mais également tenant compte des projections sur les électeurs à inscrire sur la liste électorale, qui tourneront autour de 50 millions d’électeurs, soit 10 millions de plus qu’en 2018.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.