Jeu d'évchecs

A en croire des sources informées, le Président de la République Félix Tshisekedi, devrait se rendre incessamment à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, officiellement pour y présider au lancement des activités économiques, mais soulignent les mêmes sources, pour rencontrer son illustre prédécesseur, le Sénateur à vie Joseph Kabila, momentanément retranché dans sa ferme de Kashamata.

Cette information a de quoi étonner le congolais de tous les jours, au regard de l’actualité politique brûlante du moment, où les bastions politiques du FCC du même Joseph Kabila, tombent l’un après l’autre, sous les coups de hache d’une union sacrée que plus rien ne semble retenir.

Mais les initiés eux, semblent déceler derrière l’enthousiasme débordant des vainqueurs, comme un certain mal être, dans la marche débridée des commandants au front de l’Union sacrée.

Au-delà des apparences, un théâtre des ombres?

En effet, certaines choses qui hier encore, semblaient acquises à certaines personnes, semblent se dérober devant ces mêmes personnes, sans que l’on sache pourquoi.

Kabila et Tshisekedi
Joseph Kabila et Félix Tshisekedi

A Kinshasa, Jean-Pierre Lihau que tous les oracles politiques prédisaient comme le speaker désigné à l’Assemblée nationale, s’est vu coiffé au poteau à la dernière minute par le doyen d’âge Mboso Nkodia Mpuanga, qui n’était qu’un simple outsider.

De son côté, l’informateur Modeste Bahati Lukwebo, que l’on voyait déjà dans le fauteuil de Premier ministre, semble désormais résigné dans son rôle de simple faire-valoir, alors que l’ordonnance de nomination n’est pas encore publiée.

Mais plus personne ne s’hasarde désormais à parier sur cet homme, qui hier encore, était parmi les plus courtisés de la ville.

Lire :  CENI : vers un accouchement aux forceps ?

Les plus optimistes le voient désormais à la tête du Sénat, mais là encore, les plus avisés des observateurs semblent ne plus cacher leur pessimisme, certains même prédisant un simple macaron ministériel pour ce monsieur qui a été au four et au moulin dans la démolition du FCC.

Bahati Lukwebo
L’informateur Bahati Lukwebo et le président Félix Tshisekedi

A Kinshasa, tout se passe comme dans un théâtre des ombres, où les spectateurs les plus attentifs éprouvent du mal à identifier les personnages sur scène, incapables de savoir qui fait quoi, qui décide de quoi, et pour quelle finalité.

C’est pour bientôt?

Il en va ainsi du futur Premier ministre du futur Gouvernement de l’Union sacrée. « C’est pour bientôt », enchaînent sur tous les tons les analystes à qui on pose la question depuis près de trois semaines bientôt. Certains avaient même juré sur leur honneur que le futur locataire de l’hôtel du Gouvernement serait connu avant le départ du Chef de l’Etat à Addis-Abeba.

Et voilà que tout à coup, on reparle d’un pèlerinage présidentiel à Kashamata, pour discuter du même futur Premier ministre. Et alors certains de se poser la question: et si tout cela n’était qu’un vaste théâtre? Un jeu de poker, dans lequel ceux qui déplacent les pions sont restés les mêmes depuis le début?