Fin mandat, l’ambassadeur du Japon quitte la RDC

Arrivé fin mandat, l’ambassadeur du Japon quitte la RDC. La mise d’État, ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba Nzeza, a reçu en audience jeudi l’ambassadeur Hiroshi Karube, venu lui dire ses, adieux après quatre ans et demi en RDC.

A l’issue des échanges, le diplomate japonais a salué l’excellence des relations qui existent entre la RDC et son pays.

Il a vite détaillé quelques projets qui ont été développés durant son mandat en RDC. Il s’agit de la construction de INPP à Lubumbashi et à Mbuji-mayi, la réhabilitation de l’INRB, les échanges des notes des plusieurs dons tels que des aides alimentaires, ainsi que les fournitures des équipements et matériels médicaux à la RDC. Lire aussi: RDC-Russie : Renforcement de la coopération

Zoom sur le diplomate

Hiroshi Karube fit son entrée en diplomatie en 1978 et a exercé plusieurs fonctions.

Dans son pays, il a occupé des fonctions au bureau « Affaires économiques », au bureau « Politique étrangère » et au département « Affaires culturelles », etc.

A l’étranger, il a servi comme ambassadeur du Japon au Pays-Bas, au Sri Lanka, au Canada et en Asie, en République Démocratique du Congo et Congo-Brazzaville.

Quant à la coopération japonaise en République démocratique du Congo, elle remonte aux années 1970, alors que le pays s’appelait encore Zaïre.

Au cours des décennies qui suivirent, la JICA, l’Agence Japonaise de Coopération Internationale a apporté une aide vitale pour la construction des infrastructures du pays, notamment pour l’approvisionnement en eau, la santé et le développement des ressources humaines.

Expertise partagée

Le Japon a également partagé son expertise en matière de séisme sur des projets de surveillance de l’activité volcanique. Ces activités ont malheureusement été interrompues en 1991 à cause de la guerre civile.

Lire :  La RDC va bénéficier de 300 millions € de la France pour les réformes institutionnelles

Après les élections présidentielles de 2006, le Japon a décidé la reprise intégrale de l’aide bilatérale en faveur de la République Démocratique du Congo.

Depuis, la JICA assure une aide pour la reconstruction dans trois domaines principaux : le développement des ressources humaines en faveur des forces nationales de police afin de garantir la paix ; la construction d’infrastructures et la formation professionnelle pour le développement économique ; et la mise en place de services de santé adaptés et d’un approvisionnement en eau salubre, ainsi que l’amélioration de l’accès aux services sociaux.

Le soutien à la formation des forces nationales de la police congolaise constitue une part centrale du travail de la JICA dans le pays.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.