Évasion à la prison de Beni Kangbayi :La Lucha exige des enquêtes et des sanctions

La Lucha Beni a vite réagi après l’évasion spectaculaire à la Prison centrale de Beni Kangbayi, et appelle à des enquêtes et sanctions.

En effet, la prison centrale de Beni Kangbayi a été tôt le matin de ce mardi 20 Octobre attaquée par des inconnus.

Selon des sources officielles, ces assaillants ont réussi au cours de leur sale opération à faire s’évader plus de 1300 détenus parmi lesquels des rebelles ADF et d’autres bandits de grand chemin.

Ils ont cassé les portails pour accéder à l’intérieur de la prison confirment nos sources, elles ajoutent que seuls 110 détenus sont volontairement restés dans la maison pénitentiaire.

Sanctions à l’égard des complices et commanditaires

Cependant au vu de cette situation, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement LUCHA exige des sanctions à l’égard des personnes qui ont concouru à la matérialisation de cette triste évasion que ce soit par complicité avec les assaillants ou par manquement à devoir en tant qu’agent public, mener des enquêtes sérieuses pour retrouver les fugitifs et les remettre dans un lieu de détention sûr et sécurisé.

La LUCHA demande aussi le renforcement des mesures de sécurisation de la prison centrale de Beni, ainsi que d’autres lieux de détention fortement sensibles dans la région « accélérer le traitement des dossiers dans différents tribunaux et cours locaux afin de désengorger la prison et améliorer tant soit peu les conditions de vie des détenus », fait savoir ce communiqué.

Il faut rappeler que peu avant cette évasion, ces assaillants que le maire adjoint de la ville de Beni a identifiés comme rebelles ADF, ont attaqué simultanément les positions militaires des FARDC, l’une située sur la colline Lao et l’autre commise à la protection de cette maison carcérale. Plusieurs sources renseignent que ces présumés rebelles ADF étaient lourdement armés.

Lire :  La ville de Beni notifie son 5ème cas positif à Ebola

Un avis de recherche a été mené en vue de retrouver les fugitifs. Cette évasion intervient alors que le procès contre les ADF était en lice pour juger ces rebelles, elle est condamnée par plusieurs forces vives qui exigent aussi des enquêtes.

Azarias Mokonzi/Beni

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.