Les gouverneurs du Nord-Kivu, Sud-Kivu, et de l’Ituri demandent au gouvernement de faire des groupes armés sa priorité

Les gouverneurs des provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu et de l’Ituri  appellent le gouvernement central à faire de l’éradication des groupes armés une priorité dans cette partie de la République démocratique du Congo.

 Ils ont ainsi formulé  cette recommandation après avoir été reçus le lundi 10 août dernier par le bureau de l’Assemblée nationale, le caucus des députés nationaux de leurs provinces et les membres de la Commission défense et sécurité, pour discuter de la situation sécuritaire qui se détériore au jour le jour à l’Est de la RRDC.

Selon Nzanzu Kasivita, gouverneur du Nord-Kivu, il était question de présenter les difficultés sécuritaires auxquelles font face ces provinces avec la présence des groupes armés locaux et étrangers.

« nous sommes interpellés par la question des groupes armés et nous avions voulu un débat  sérieux sur cette question, mais aussi avoir un plan cohérent pour que nous puissions nous tous nous rassurer que la démobilisation et la réinsertion des groupes, des enfants qui sortent des groupes armés est reçu par la République démocratique du Congo. Parce qu’on fait le diagnostic que depuis qu’on a commencé ce processus, nous semblons tourner en rond sur cette problématique. C’est l’objectif qui nous a poussé à venir à Kinshasa, nous voulons que la question au regard des impératifs de l’insécurité aujourd’hui dans nos  provinces soit priorisé », a-t-il déclaré.

Ces trois gouverneurs ont appelé le gouvernement central à faire de la question sécuritaire de l’Est une priorité pour éradiquer ces forces négatives qui règnent en maîtres dans ces différentes entités :

Lire :  RDC :  Neema Joëlla sambo plaide pour la participation des jeunes dans le programme de l'aménagement des 145 territoires

« Ça nous permettra d’asseoir l’autorité de l’État dans nos différentes provinces. A Beni, c’est connu, ce sont les ADF NALU, et ça fait plus de 20 ans que cette question est sur la table, et nous avons toujours dit au niveau de RDC, la guerre de Beni c’est une guerre faite pas pour les enfants de Beni, mais c’est une guerre qui est faite contre les enfants de la République démocratique du Congo. Et nous pensons que nous devrions toujours continuer à bénéficier de la solidarité nationale. », a-t-il fait savoir

Azarias Mokonzi/Beni