Rva: Le DG Bilenge demande des explications au commandant de l’aéroport international  de Bangboka

Rien ne va à la Régie des Voies Aériennes, Rva, depuis que le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, a demandé au Vice-ministre, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Tunda Ya Kasende, de diligenter des enquêtes au sein de cette institution.

En effet, on se souviendra que tout est parti des revendications de l’intersyndicale de cette entreprise qui réclamait le payement des salaires du mois d’avril et à la même occasion  avait souhaité des enquêtes sur sa gestion depuis l’arrivée de l’actuel Directeur  Général, Bilenge  Abdallah.

À la grande surprise, la même Intersyndicale de la Rva rectifiait son tir pour annoncer que le salaire du mois d’avril était  déjà payé. Cependant, des sources concordantes, l’on apprend que seuls  Kinshasa, Goma, Lubumbashi et Maniema ont été servis contrairement à  Bukavu qui encaisse une trentaine de mois d’impayement et Kisangani qui bat le record avec 52 mois d’arriérés de salaires.

L’intersyndicale de Goma soupçonné d’être à la solde du Dg de la Rva, a précipitamment adressé ses félicitations pour le paiement du mois d’avril: « En effet, les moments  difficiles que traverse le monde entier et plus particulièrement le secteur aérien face à la pandémie du Covid-19, votre esprit de bon père de famille vient de satisfaire tout le personnel de l’entité aéroportuaire de Goma en payant leur salaire du mois d’avril 2020 ».

Cependant, pour n’avoir pas reçu un message de félicitations de la part de l’entité aéroportuaire de Kisangani, le Directeur Général, Abdallah  Bilenge, a collé une demande d’explication au commandant de l’aéroport  de Bangboka de Kisangani. 

Lire :  87.000 Fc pour l’Examen d’Etat à Kisangani

Cette situation vient encore mettre de l’huile dans le feu pour le personnel de la Rva Kisangani qui est déjà meurtri par 52 mois d’arriérés de salaires, et dont plusieurs sont morts dans des conditions précaires, demande purement et simplement le départ de ceux qu’il considère comme son bourreau.

Jacques Kalokola

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.