Arrêt de la Linafoot : JS Bazano qualifie cette décision d’injuste et déséquilibrée

La décision de suspendre le  championnat à cause de la Covid-19 a rencontré la volonté des clubs. Mais le maintient du classement provisoire divise. La JS Groupe Bazano le conteste et  assure qu’il est déséquilibré et injuste.

Classée 5ème à la dernière édition de la Ligue nationale de football (Linafoot), la JS Groupe Bazano est restée optimiste pour la suite de la compétition. A en croire nos sources, le club qualifie cette décision d’injuste et déséquilibrée. 

« Nous remettons en cause ce classement injuste, erroné et déséquilibré. Sollicitons par conséquent sa révision en tenant compte de l’effort réalisé  par chaque équipe de sorte que notre club recouvre tous ses droits y afférents, en vue de représenter valablement le pays à l’une des compétitions interclubs de la CAF 2020-2021 », a-t-on lu dans le document officiel du club.

Pour rappel, la FECOFA a considéré le classement du 16 mars lors de l’arrêt du championnat à cause de la pandémie de la Covid-19. L’instance sportive a récupéré les quatre premiers classés pour représenter la RDC aux prochaines compétions interclubs de la CAF. Il s’agit de TP Mazembe et V. Club à la Ligue des Champions et AS Maniema Union et le Daring Club Motema Pembe à la Coupe de la Confédération.

Selon les informations du club, les dirigeants  devraient avant tout régler les cas litigieux en cours de traitement à la Linafoot. La JS Groupe Bazano aurait dénoncé l’alignement irrégulier de deux joueurs lors du match-aller livré à Lubumbashi. Pour ce même cas apprend-t-on, d’autres clubs avaient déjà obtenu gain de cause.

Lire :  Tennis de Table : 7 pays sur 13 au lancement du Circuit mondial junior et cadet à Kinshasa

Face à toutes ces allégations, la Ligue nationale de football (Linafoot) rassure n’avoir reçu aucune réclamation allant dans ce sens. Par conséquent, tous les clubs devraient se concentrer pour préparer la prochaine saison sportive 2020-2021 qui démarre si tout va bien au début du mois d’août.

Armel Langanda

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.