Covid-19 : « Ne jouons pas avec la vie de notre peuple » (Cardinal Ambongo)

Le Cardinal Fridolin Ambongo n’apprécie pas du tout la gestion de la pandémie du coronavirus par le pouvoir de Kinshasa. Lors d’un point de presse tenu samedi 28 mars à Kinshasa, le prélat catholique a estimé que « le pouvoir tâtonne dans la gestion » de l’épidémie de Coronavirus.

Cardinal Ambongo

A la place du report du confinement total de Kinshasa, le cardinal a plutôt proposé « un confinement intégral » avec des mesures d’urgence humanitaire afin de réduire les risques de contamination au Covid 19.

Face à la presse, le Cardinal Ambongo a déclaré : « Ce recul donne l’impression que le pouvoir tâtonne dans la gestion d’une matière aussi délicate que la santé publique de notre peuple en ce contexte de grave épidémie. Cette situation est tout simplement insupportable. Ne jouons pas avec la vie de notre peuple. Car toute vie est sacrée ».

Le cardinal s’est montré catégorique : «seul le confinement intégral serait plus indiqué à ralentir l’expansion de cette terrible épidémie ».

Mais, pour qu’une telle mesure réussisse, estime-t-il, elle doit être accompagnée par d’autres mesures d’urgence humanitaire ; « c’est-à-dire mettre à la disposition des plus démunis les denrées alimentaires de première nécessité, décréter la gratuité de l’eau et de l’électricité et combattre la spéculation des prix sur le marché ».

De fait, le cardinal n’est pas seul à remarquer ce malaise dans la gestion de cette grave crise sanitaire. Dès le départ, l’opinion publique a déploré le déficit de communication, lorsque le Ministre de la Santé se contredisait dans l’identification et la provenance du premier cas positif identifié au début de la crise en RDC.

Lire :  Le célèbre saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19

Lorsque le gouvernement annonce le budget de 1.800.000 dollars américains prévus pour faire face à la crise, on croit rêver, d’autant plus que le pays ne compte que 59 machine respiratoires. Quand on sait que les problèmes respiratoires sont parmi les causes qui tuent les malades atteints du Covid-19, et qu’une seule machine coûte entre 16.000 et 36.000Usd, on se demande comment les malades seront pris en charge.

Carence d’infrastructures et de solutions pratiques

Le pays manque cruellement d’infrastructures, ne dispose pas de stock de masques, gants, ni blouses de protection pour le personnel soignant. La solution hydro-alcoolique devient une denrée de spéculation, la Regideso incapable de fournir de l’eau à la population pour se laver régulièrement les mains et assainir l’environnement.

La population sans pouvoir d’achat réel ne saura nullement faire face à l’impératif de se constituer des provisions alimentaires pour tenir un confinement même d’une semaine, la cupidité des opérateurs économique ayant déjà démultiplié les prix sur les marchés.

A cela, il faudra compter les enfants de la rue, qui n’ont aucun endroit pour être confinés, et les personnes âgées vivant dans les hospices des vieillards, aussi dépourvues de moyens de survie.

L’incapacité du pouvoir à proposer des solutions pratiques dans les domaines social, économique et humanitaire est telle, qu’on a les cheveux qui se dressent sur la tête quand on imagine le nombre des cas qui seront dénombrés dans quelques jours, après le déferlement de la population dans les marchés à l’annonce du confinement.

Oui, le Cardinal a raison de dire : « Ne jouons pas avec la vie de notre peuple »

Lire :  Rencontre Tshisekedi, Thambwe, Mabunda : Regarder de l’avant pour sortir le pays de la pandémie