La reconstruction du palais présidentiel au camp Tshatshi confié à un sujet rwandais

B.K Architecs Belgium S.A de l’architecte rwandais Kanyadekwe Segatabazi vient de se voir confié la reconstruction du palais présidentiel du camp Tshatshi dans la commune de Ngaliema.

Ce dernier travaille avec Pascal Babenirhu et Alexis Nzitatira, deux autres architectes.

Cette entreprise rwandaise exécutera des travaux pour un coût de 7 millions de dollars américains.
Il faut noter aussi que la même entreprise exécute comme sous-traitant les travaux de construction du saut-de- mouton du Marché de la liberté.

De la sécurité du Palais de la nation

La polémique gagne les milieux intellectuels congolais qui se posent la question de savoir s’il n’y a pas d’architectes nationaux aptes à réaliser cet ouvrage ?

En plus, au vu du passé sombre et belliqueux de la République démocratique du Congo avec ses voisins dont le Rwanda, devrait on confier la reconstruction d’un palais présidentiel qui est une question sécuritaire à un étranger et à fortiori à un sujet rwandais :

« La construction d’un palais présidentiel relève de la sécurité nationale. Après l’assassinat du Président L. D Kabila dont l’implication des certains pays voisins a été avérée et après toutes ces années de guerre et de supputations avec ces pays voisins, il est inconcevable et grave de jouer avec une question de haute sécurité nationale comme la reconstruction du palais présidentiel », dénonce un député membre de l’Udps et alliés qui a promis de déposer une motion contre le ministre des Infrastructures.

Jacques Kalokola

Lire :  Nord-Kivu : vive tension à Goma, un manifestant tombe sous les coups de feu