Les Banyamulenge déculpabilisent les groupes armés Tutsi Gumino et Twinrwaneho

C’est dans une déclaration faite samedi 15 février, à la clôture du Forum inter- communautaire que les participants à ces assises ont reconnu des droits aux deux grands groupes armés de souche Tutsi, Gumino et Twingwanelo, qui sévissent dans les Hauts Plateaux de Fizi, Minembwe et Mwenga.

Le Premier ministre Ilunga Ilunkamba en personne a présidé la cérémonie de clôture de ces assises qui ont tourné autour des causes endogènes et exogènes de l’insécurité sur les Hauts Plateaux de Fizi, Minembwe et Mwenga.

Quelques grandes figures politiques ont pris part à cette rencontre de trois jours : la Vice-ministre du Plan, Elisée Munembwe, le ministre dEtat à la Décentralisation et Réformes institutionnelles, Azarias Ruberwa, le ministre de la Défense nationale, Aimé Ngoie Mukena, le Coordonnateur du Mécanisme de suivi de l’accord d’Addis – Abeba, Claude Ibalanki.

On a enregistré aussi la participation des responsables de l’Ong Inter Peace et l’Adepae, Action pour le développement et la paix endogène.

Gumino et Twinrwaneho lavés

Dans une série de mises au point, les participants à ce forum ont reconnu aux deux branches armées composées d’anciens généraux tutsis qui ont fait dernièrement défections des Fardc, le droit de revendiquer leur réinsertion dans les rangs de l’armée congolaise : « …le groupe Gumino qui n’est qu’un groupe de militaires qui attend la réinsertion au sein des Fardc. A titre de preuve, son responsable est ici à Kinshasa », peut- on lire dans cette déclaration.

Miliciens Banyamulenge

Aussi, ceux-ci blanchissent le redoutable groupe armé tutsi Twinrwaneho qui ne cesse de semer la désolation à l’est : «  le groupe dit Twingwanelo autodéfense n’est qu’une organisation spontanée des jeunes et vieux dévoués à s’auto défendre après avoir constaté la complicité et/ou l’inaction des Fardc déployées à Minembwe, pour leur assurer la sécurité ».

Le colonel déserteur, Michel Rukunda, libre de son choix

La communauté Banyamulenge reconnait au colonel Michel Rukunda, celui- là même dont la désertion des Fardc en pleine campagne militaire à l’est avait surpris l’opinion nationale, le droit de rejoindre  Gumino, le camp ennemi de la République.

Celui-ci avait rejoint ses compères dans les Hauts Plateaux de Bijombwe -Minembwe.

Ce dernier dit Makanaki, basé jadis à Walikale, fut le commandant  second des Fardc, chargé des Opérations et renseignements. Il s’est dirigé vers Minembwe en guise, soit disant, d’exprimer  sa frustration sur la manière dont la crise du Haut Plateau a été gérée.

Les participants Banyamulenge estiment que le colonel traitre est libre de son choix.

Jacques Kalokola   

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.