Séminaire de formation en communication a l’UNC : les militants en ordre de bataille

Il se tient du vendredi 01 au samedi 02 Novembre 2019 à la paroisse Notre Dame de Fatima, un séminaire de formation en communication à l’intention des militants et cadres de l’Union pour la nation congolais, fédération de Kinshasa, parti cher au Docteur Vital Kamerhe.

Donner aux militants les moyens de défendre le parti

En effet, les initiateurs de ces deux journées de formation dont Totshumany Kisombe, Porte-Parole de l’UNC, ville de Kinshasa, souligne que le but principal est de permettre à tous les participants d’avoir un outil valable pour défendre les idéaux que prône ce parti ainsi que son initiateur. Cette formation permettra aussi à chaque membre de pouvoir répondre à toutes les attaques en direction de ce grand parti membre du CASH au pouvoir.

Les séminaristes de l’UNC

Les organisateurs ont pu mettre au profit des participants des intervenants spécialistes en communication politique. Totshumany Kisombe a aussi noté que la communication reste aujourd’hui un moyen incontournable dans le monde politique congolais. Il a ainsi souligné que ce séminaire de formation sera couronné par la remise d’un brevet de participation à tous les militants et cadres de la Fédération de Kinshasa.

Affaire 15 millions, Aimé Boji lève l’équivoque

A la question de la rédaction d’Infocongo.net, présent à Notre Dame de Fatima à Gombe, de savoir si ce séminaire n’est pas parti de l’implication du Directeur de cabinet du chef de l’Etat, le Docteur Vital Kamerhe, le Porte-Parole de la fédération de Kinshasa est resté très serein et à la défensive en mettant en cause toute personne qui brandira un document qui porte la signature de son président national, faisant état d’un quelconque détournement :

 « Que l’on nous apporte les preuves matérielles comme un document portant la signature du Président Vital Kamerhe en rapport à la fameuse affaire de 15 millions. Nous savons que c’est un jeu des personnes malveillantes qui veulent déstabiliser notre président. C’est le FCC, voudrai-je dire, car il n’y a plus de choses à cacher à ce stade-là »

L’intéressé s’est attardé sur ce point en soulignant que le Docteur Kamerhe a sauvegardé l’intérêt du peuple congolais, contrairement à ce qui se trame en conduisant la somme disputée à la commission de suivi du programme de 100 jours qui a contribué à la reconstruction de quelques routes, à la construction des sauts de mouton et autres.

La communication, élément très important en politique

En vrai baroudeur, il a, par ailleurs, notifié à la justice d’aller voir du côté du comité de suivi des matières stratégiques piloté par le ministère de l’Economie nationale. Réagissant à la même question, le secrétaire général adjoint de l’UNC, Aimé Boji, a éclairé la lanterne en précisant que les deux événements ne sont nullement liés :

 « Un parti politique doit communiquer et on l’a dit ici. La communication est une activité permanente pour chaque parti politique parce qu’il s’agit de la vie de la société. Le séminaire n’est lié à aucun événement bien avant et c’est pour quelconque. Il a été planifié pour répondre à certaines préoccupations au niveau de l’organisation de la communication du parti. Il est important puisqu’aujourd’hui, vous le savez très bien, nous vivons à l’heure de la communication.

La communication est faite par les militants, c’est le premier moyen. Il est important chez nous à l’UNC de doter les militants de capacités de communiquer pour pouvoir relayer les activités du gouvernement à tout moment, puisque nous sommes au gouvernement, mais aussi pour améliorer la communication à l’interne. Il est important qu’au vu du travail remarquable que le Président, dans le cadre du FCC-CASH, est en train de réaliser, que la population soit tenue informée, et ça fait partie des obligations de tout parti politique responsable, parce que nous devons rendre compte à cette population qui a donné effectivement mandat au Président de la République et à tous les membres de la coalition de diriger notre pays pour les cinq ans à venir »

UNC sur le pied de guerre

Au vu de l’engouement et du nombre des jeunes qui ont participé à ce séminaire de formation en communication, il y a de quoi dire que le fameux « Coup sur coup » souvent chanté par Shadary Emmanuel risque de changer de camp si jamais l’UNC lâchait ses jeunes turcs dans toutes les plateformes de communication comme est le cas dans d’autres partis politiques.

Ce qui est vrai est que l’UNC n’a pas encore dit son dernier mot et taille bonnement et surement son chemin vers 2023.

Jacques Kalokola   

Leave a Reply

Your email address will not be published.