En plein orage, l’Udps pleure Etienne  Tshisekedi

L’Udps vit depuis quelques semaines, surtout à Kinshasa, une série d’agitations qui obligent régulièrement à s’interroger sur l’avenir de ce parti après la mort de son fondateur Etienne Tshisekedi.

La plus récente agitation constatée ces jours-ci au sein du parti d’Etienne Tshisekedi est la contestation d’Augustin Kabuya, nommé il ya quelques jours Secrétaire général du parti par le président intérimaire, Jean Marc Kabund A Kabund. Augustin Kabuya est contesté par certains militants. Mais aussi par un certain nombre de députés du parti, qui l’ont signifié dans une déclaration publique.

Ces contestataires dénient au président intérimaire la qualité de nommer seul tout haut cadre du parti. Et donc un nouveau secrétaire général. Ils réclament à la place plutôt, tel que prévoient les statuts, un collège qui dirigera le parti pendant le temps de l’empêchement de Félix Tshisekedi, président élu de l’Udps, devenu depuis janvier dernier Président de la République.

Autre moment chaud connu ces jours-ci par l’Udps, c’est l’agitation enregistrée il ya deux semaines dans le périmètre de la permanence du parti à Limete. Des bagarres rangées ont opposé deux camps de militants de l’Udps, qui réclamaient chacun que leur chouchou occupe la présidence intérimaire en cette période d’empêchement de Felix Tshisekedi.

Le camp dit de Jacquemin Shabani, qui réclamait que Kabund A Kabund, président intérimaire désigné par Felix Tshisekedi et devenu dans la foulée vice-président de l’Assemblée nationale, dégage de la présidence de l’Udps, pour laisser la place à d’autres cadres du parti et donc à leur leader par exemple.

Une position rejetée par les militants pro-Kabund, qui eux expliquent que leur protégé n’a aucune obligation de quitter la présidence du parti à cause de ses responsabilités à la chambre basse du parlement.

Lire :  Assemblée nationale : Mboso au pied du mur

Sur cette question, la température est certes un peu retombée en ce moment. Mais la surchauffe peut à tout moment reprendre, vu qu’au sein du parti de Etienne Tshisekedi les ambitions sont loin d’avoir été toutes comblées.

Madona wa Madona

Leave a Reply

Your email address will not be published.